×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Politique

El Midaoui annonce un nouveau code électoral

Par L'Economiste | Edition N°:806 Le 10/07/2000 | Partager

• Le ministre de l'Intérieur reprend la place d'un ministre de l'Intérieur• Contrairement à son prédécesseur, il ne s'occupe ni des affaires étrangères, ni de l'emploi, ni...Pas de vacances cet été-pour M. Ahmed El Midaoui. Le ministre de l'Intérieur a du pain sur la planche: initier des reformes, élaborer un code électoral, procéder à un découpage électoral et soumettre le tout au Conseil de Gouvernement, Conseil des Ministres et Parlement. D'emblée, Mme Samira Sitael, présentatrice de l'émission, a préparé un coup de théâtre «Pour tout vous dire«. Elle sort une pile de dossiers et les livre à M. El Midaoui. Trois (le chiffre fétiche de la soirée) conclusions s'imposent: Le ministre est injoignable à son bureau, le ministre ne lit pas la presse, puisqu'il ne réagit pas publiquement aux scandales qui y sont publiés, notamment ceux relatifs aux collectivités locales et les langues se délient, particulièrement auprès des collaborateurs de l'ex-système. A propos de l'ancien système et des méthodes de traitement des «affaires«, celle des diplômés chômeurs par exemple, le seul point de rupture enregistré est que le nouveau ministre prononce correctement le «r« quand il en parle. Sinon, les bastonnades continuent... et se justifient: «Je ne suis pas ministre de l'Emploi, je suis ministre de l'Intérieur. Mon rôle est de préserver la sécurité des biens et des personnes et veiller à ce que le loi soit respectée...«, a-t-il déclaré. En habile diplomate, M. le ministre ne s'est pas suffisamment arrêté sur les points brûlants: le bras de fer contre les Islamistes, l'immigration clandestine... Fidèle à la définition de sa tâche et contrairement à son prédécesseur (et ancien patron), M. El Midaoui ne fait aucun commentaire sur les récentes déclarations du Président algérien Abdelaziz Bouteflika devant la Parlement tunisien à propos de la marocanéité du Sahara. C'est le domaine des affaires étrangères de M. Benaïssa. En revanche, M. El Midaoui a omis de parler des inspections, semble-t-il, «de courtoisie« effectuées auprès des communes du Royaume et dont les résultats relèvent du secret d'Etat. C'est certes un homme d'Etat qui avantage la raison d'Etat que les téléspectateurs de 2M ont découvert. Un universitaire élitiste qui possède une bonne élocution, mais qui maîtrise peu les messages politiques qu'il envoie. Rappelons à l'occasion un «lui c'est lui, moi c'est moi«, lancé par le ministre de l'Intérieur lors de sa première sortie médiatique en décembre 1999 dans l'émission «Fi Al Wajiha«. Ledit message devient aujourd'hui insignifiant. Tout en se disant discret, M. El Midaoui aura, en quelque 8 mois de gouvernance, effectué deux sorties médiatiques, en deux langues différentes, sur une même chaîne de télé.Anouar ZYNE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc