×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

El Malki rassure malgré l'absence de pluies

Par L'Economiste | Edition N°:711 Le 24/02/2000 | Partager


· L'objectif des 60 millions de quintaux de céréales rsique d'être compromis
· Le prix du mouton pour l'Aïd El Kébir augmentera de 10 à 15%


Les agriculteurs peuvent encore espérer sauver leur campagne agricole à condition que la pluie se manifeste au cours des prochains jours. Ces propos sont ceux de M. Habib El Malki qui s'est exprimé hier devant la Commission de l'agriculture et des affaires économiques à la Chambre des Conseillers. Le ministre de l'Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche a présenté les résultats provisoires du programme anti-sécheresse et l'état actuel de la campagne agricole. La situation est plutôt alarmante. L'absence de précipitations risque de remettre en question l'objectif des 60 millions de quintaux de céréales promis par M. El Malki. Pourtant, tout avait très bien commencé. Les pluies abondantes d'octobre et novembre ont permis aux pousses de sortir de terre. "Mais la baisse de température en décembre et début janvier avait freiné leur développement", a expliqué le ministre.
La situation a empiré avec le réchauffement des températures depuis la mi-janvier. Le déficit pluviométrique enregistré jusqu'au 20 février a atteint les 27%. Les régions les plus touchées sont Fès, Settat, Zaêr, Tensift et l'Oriental.
Cette situation s'est répercutée sur le niveau de remplissage des barrages. Le volume enregistré actuellement est de 47,8%. Jusqu'au 18 février, l'utilisation d'eau d'irrigation a concerné 1,085 milliard de m3, soit 91% des volumes programmés depuis le début de septembre 1999. Les superficies emblavées en céréales d'automne (blé tendre, blé dur et orge) ont atteint 5,3 millions d'hectares, soit une augmentation de 13% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Les précipitations importantes enregistrées en novembre ont permis de dépasser les objectifs prévus dans le cadre du programme de sécurisation de la production de céréales. Ainsi, les parcelles cultivées ont représenté, fin novembre 1999, 84% des surfaces globales, contre 30% en moyenne au cours des cinq dernières années. Le nombre de dossiers de financement accepté dans le cadre de ce programme a atteint 40.734, soit 77% de l'ensemble des demandes. Le montant accordé n'a toutefois pas dépassé 353,5 millions de DH. "Un niveau qui reste faible compte tenu des besoins de financement du secteur", a estimé M. El Malki. Quant aux surfaces assurées, elles ont atteint 110.000 hectares, au profit de 18.000 adhérents.
Par ailleurs, les ventes d'engrais ont enregistré jusqu'au 18 février 2000 une augmentation de 18% par rapport à la moyenne des trois dernières années. Le volume a atteint 629.000 tonnes.
A quelques semaines de l'Aïd El Kébir, l'offre en ovins s'élève à 4,7 millions de têtes pour une demande qui approche les 4,4 millions. Celle des caprins, estimée à 350.000 têtes , sera largement couverte.
La comparaison entre l'offre et la demande fait ressortir un déficit compris entre 200.000 et 700.000 têtes pour les ovins mâles. Les prix devront connaître une augmentation de 10 à 15 % par rapport à l'année dernière. Le kg passera ainsi de 35 à 40 DH.

Adil BOUKHIMA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]miste.com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc