×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

El Jadida/Salon du cheval
210.000 visiteurs à la 2e édition

Par L'Economiste | Edition N°:3138 Le 28/10/2009 | Partager

. Plus de 600 chevaux à l’honneur. Objectif futur: grande ouverture à l’international . 10 millions de DH pour un pur-sangC’est un deuxième succès qui s’ajoute à l’actif de l’Association du salon du cheval (ASC). Après la réussite de la 1re édition, le Salon du cheval d’El Jadida a connu, encore cette année, une affluence sans précédent. Ce sont, en effet, plus de 210.000 visiteurs qui ont afflué au salon. Pour cette 2e édition, les organisateurs tablaient au départ sur 150.000 visiteurs seulement, contre 110.000 lors de l’édition précédente. C’est pour dire que les passionnés du cheval sont venus en nombre et de loin pour découvrir les merveilles du monde équin. La manifestation a, ainsi, battu son record d’affluence, notamment au cours du week-end. La dernière journée du salon a été marquée par un spectacle de tbourida (fantasia) et par la remise des trophées aux «Mkadmins des sorba» ayant pris part à cette grand-messe. Pour rappel, plus de 280 chevaux montés par des cavaliers émérites ont réussi à faire de cette édition un rendez-vous quotidien d’exhibition des arts équestres traditionnels (tbourida). Le public a ainsi ovationné, pendant toute la durée du salon, les prestations des «sorba» des différentes régions du Royaume. Des cavaliers, richement parés, sur des montures aux harnachements et selles scintillants, ont assuré, pendant six jours, des spectacles de qualité. Des shows internationaux, des championnats de maréchalerie, d’élevage, de modèles et d’allures ainsi que des tournois de polo ont été, également, au programme. Quelque 120 chevaux ont participé aux championnats, 180 aux spectacles et compétitions et 24 ont fait l’objet d’exposition. A noter que les principales races ayant participé au salon sont le pur-sang anglais, le pur-sang arabe, le barbe, l’anglo-arabe et l’arabe-barbe. De plus, 72 exposants dont 12 internationaux ont marqué cette 2e édition du salon. «C’est pour la première fois que des exposants étrangers, dont des Français, Hongrois, Espagnols, Africains et Arabes, prennent part au Salon du cheval», souligne Habib Marzak, commissaire du salon. Et d’ajouter, «pour les prochaines éditions, les organisateurs continueront d’œuvrer pour rehausser davantage le niveau de cette manifestation qui commence à prendre une dimension mondiale».


Combien ça coûte?

Les cavaliers marocains ont toujours voué au cheval un amour presque filial. Les propriétaires de cet animal, connu pour sa beauté et sa bravoure, entretiennent des rapports affectifs avec leur cheval. Pour plusieurs cavaliers chevronnés, l’équitation traditionnelle est plus qu’un sport ou un folklore, c’est une passion. Pour Mohamed, un jeune cavalier de la région de Guelmim-Es Smara, la tbourida fait partie intégrante de sa vie. «Je ne peux vivre heureux sans exercer cette pratique qui me tient à cœur», affirme-t-il avec beaucoup de conviction.Et d’ajouter, «je suis prêt à me priver de beaucoup de choses pour que mon cheval ne manque de rien». A vrai dire, il faut dépenser beaucoup d’argent pour le bien de son cheval. «Rien que pour sa nourriture, un cheval adulte (c’est-à-dire âgé de plus de 6 ans et ayant un poids de 550 kg maximum) nécessite jusqu’à 200 DH pour une alimentation journalière», indique El Arabi Agountaf, vétérinaire du Haras régional d’El Jadida. Il a, ainsi, besoin de 14 kg de nourritures par jour. «En somme, il consomme deux repas par jour devant contenir, en moyenne, 5 kg de granulés, 5 kg de paille et 4 kg de foin», précise Agountaf. Il peut également manger l’orge et l’avoine. Pour une santé meilleure, l’on recommande l’ajout de compléments multivitaminés. Toutefois, et avant de faire nourrir ou dresser un cheval, il faut l’acheter. Il est à signaler, donc, que son prix varie entre 10.000 et 10 millions de DH selon la race.Bouchra SABIB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc