×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

El Jadida se protège contre les inondations

Par L'Economiste | Edition N°:2127 Le 11/10/2005 | Partager

. Place Mohammed V, la partie la plus vulnérable . La ville, devenue un chantier ouvert, renforce les canalisationsDe grands chantiers sont prévus sur presque toutes les artères principales de la partie basse de la ville d’El Jadida. Les canalisations des eaux usées et pluviales, les collecteurs et les déversoirs seront entièrement rénovés et renforcés. Comme première tranche, une enveloppe de 10 millions de DH a été débloquée par la Radeej. «Les travaux de construction sont prévus pour débuter vers la moitié d’octobre. Ce sont des interventions d’urgence pour remettre en état les canalisations souterraines sous-dimensionnées et vétustes de cette partie de la ville», explique El Hassan Boukouta, directeur de la Régie. Une partie du boulevard Mohammed VI est même menacée d’affaissement. La place Mohammed V, avec son théâtre et sa poste, est le point le plus bas de la ville. Cette place est donc la plus menacée par les inondations. Cette première partie de la tranche d’urgence a été diagnostiquée par le bureau d’étude français Bergeap Phénixia. Les travaux de ce dernier avaient débuté depuis le 31 décembre 2003 (cf.www.leconomiste.com). Le bureau dresse actuellement les contours du schéma directeur de l’assainissement liquide de la ville d’El Jadida. Un projet qui nécessitera dans sa globalité dans les 600 millions de DH. Les recommandations globales des études permettraient de maîtriser les rejets et de protéger efficacement à terme l’environnement. «Les diagnostics ont permis de déterminer les réhabilitations devenues prioritaires», dit le directeur de la régie. La partie basse de la ville est donc la première concernée. C’est le bassin versant de la concentration urbaine la plus ancienne. Dans la ville, se trouvent 5 bassins versants avec donc 5 collecteurs principaux. Le bassin versant de la partie basse de la ville concerne le boulevard Mohammed V, Bir Anzarane, l’avenue Al Massira, le rond-point El Hansali et jusqu’au point du rejet à Sidi Daoui. Cette partie de la ville est la plus menacée par les inondations en cas de fortes pluies. Pendant les précipitations, les eaux arrivent également des zones extérieures des bassins intermédiaires situés entre la ville d’El Jadida et Dayat Al Fahs, des kilomètres plus loin. Cette partie de la ville urbanisée est l’ancien lit de l’oued Felfel. Le lit de l’oued passe au niveau de la route de Marrakech, traverse l’avenue Al Massira pour déboucher sur le boulevard Al Nakhil avant de se déverser vers la mer. Le bassin versant de la place Mohammed V est le point d’arrivée de plusieurs collecteurs. Pourtant, les diagnostics ont révélé une insuffisance d’écoulement de plus de 66%. C’est le point d’arrivée des collecteurs des boulevards Mohammed V et Mohammed VI. Ce dernier draine à son tour les rejets et les eaux pluviales de l’avenue Bir Anzarane, de celle d’Al Massira, du rond-point de France ainsi que les déversements de la zone industrielle. Les collecteurs des boulevards Errafai, Hassan II et El Hansali déversent ainsi vers la place Mohammed V. Cette dernière constitue le point de rencontre de tous les collecteurs du bassin versant de la partie basse de la ville. «Elle est par conséquent la zone la plus vaste et la plus vulnérable d’El Jadida», précise le directeur de la Radeej. Les équipes de la régie procéderont à la construction d’un grand canal au niveau du boulevard Khalil Jabrane. Il aura une capacité de transit hydraulique de 16 m3/seconde. Son rôle sera d’intercepter les eaux au niveau des secteurs des facultés. Le deuxième déversoir d’orage sera construit au niveau du boulevard des Nations unies dans le voisinage du camping. Un troisième canal sera construit place Sintra en face de l’hôtel El Mourabitine. Ces 3 déversoirs sont prévus pour intercepter les eaux pluviales et les acheminer directement vers la mer. Au lieu de transiter vers la place Mohammed V. Les réhabilitations concernent aussi la mise en place de canalisations de 2 mètres de diamètre sur une longueur de 136 mètres au niveau du boulevard Mohammed VI. Dans cet endroit, les canalisations sont fissurées et la chaussée menace de s’affaisser, est-il expliqué. Les caniveaux souterrains du boulevard Mohammed V seront réhabilités sur 400 mètres de longueur, et de 150 mètres sur l’avenue Hassan II. Le déversoir de la place Mohammed V sera complètement reconstruit en plus large dimension. Un 4e déversoir est aussi prévu pour des évacuations au niveau du port de la ville. Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc