×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida: Les nouveau-nés de l'incubateur d'entreprises

Par L'Economiste | Edition N°:1480 Le 20/03/2003 | Partager

. Depuis le démarrage, 27 entreprises y sont déjà domiciliéesActuellement, 27 jeunes entreprises bénéficient de mesures d'accompagnement pour créer leurs entreprises dans le cadre d'incubateur. Déjà, 17 d'entre elles sont en activité, et 10 autres en période de préparation. «L'incubateur d'entreprises est une forme intégrée d'aide et d'assistance à l'entreprise durant une période d'au moins 23 mois«, explique Abdelouahed Rahmoun, délégué de l'industrie et du commerce à El Jadida.Safarelec, une des entreprises créées dans le secteur de l'électricité, a décroché des marchés en sous-traitance avec l'OCP, la Sonasid et même avec des entreprises à Casablanca. Elle s'apprête à quitter l'incubateur pour devenir entièrement autonome et développer son projet sur une superficie de 2.000 m2. «Les pépinières qui existent un peu partout au Maroc gagneraient en se reconvertissant en incubateurs d'entreprises«, explique Rahmoun. L'incubateur d'El Jadida dispose de 49 locaux aménagés et équipés, allant de 80 à 336 m2. Il s'étend sur une superficie de 1,5 hectare dans la zone industrielle de la même ville. L'encadrement est assuré par un directeur et un assistant. Les services en commun se résument à un téléphone, un parc informatique, une salle de réunion équipée mais aussi, une salle d'exposition. Les incubés bénéficient aussi de stages programmés par l'OFPPT et des séminaires thématiques sur la comptabilité et la fiscalité. De plus, note Rahmoun, les jeunes entrepreneurs bénéficient de séances d'information sur le RDT (réseau de diffusion technologique). L'incubateur a participé à des salons (Moubadara) et à des forums. Des prix ont été octroyés à l'incubateur et aussi certains incubés. «L'approche de l'incubateur permet d'atténuer les limites et les insuffisances qui handicapent la jeune entreprise«, fait remarquer Rahmoun. Et d'ajouter que cette formule permet de rentabiliser les capitaux publics et privés investis dans l'incubateur. A noter que le comité de pilotage provient en majorité du secteur privé. Son statut relève d'une association à but non lucratif. Les partenaires de l'association sont les intervenants publics, la province, la municipalité et le département de l'Industrie et du Commerce, sans oublier les opérateurs privés.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc