×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida: La municipalité abandonne le conservatoire de musique

Par L'Economiste | Edition N°:1937 Le 13/01/2005 | Partager

. Initiative privée, c’est le seul qui existe dans la ville . Les listes de protestations et de soutien s’allongent Pas de subvention cette année pour l’association de l’unique conservatoire de musique de la province d’El Jadida. Indignation d’universitaires, de médecins, d’industriels, de l’association des parents d’élèves et des mélomanes sympathisants. Le conservatoire Almostakbal agréé par le ministère de la Culture a été une initiative privée depuis 1996. C’était pour combler le “vide mortel” dans le domaine après la fermeture du conservatoire municipal. “C’était le plus grand rêve réalisé depuis le début de mon parcours artistique”, explique Bouchaïb Sibouai, directeur du conservatoire. Il avait contracté des crédits auprès des banques et vendu des biens pour financer les constructions et les équipements. Il avait créé dans la foulée l’orchestre Almostakbal de la région Doukkala-Abda en 1999. “Mais tout le monde sait qu’au Maroc l’art ne nourrit pas son homme”, dit-il. Pour survivre, l’établissement avait signé une convention de partenariat avec le ministère des Affaires culturelles en 1999. Partenariat aussi avec le conseil municipal en 2001 dont l’objectif était d’encourager cette initiative privée pour lui permettre de d’assurer des activités artistiques pérennes. Depuis, le conservatoire avait organisé et participé à plusieurs manifestations musicales avec le groupe et avec les enfants dans la région et au niveau national. Jumelage aussi du conservatoire Almostakbal d’El Jadida et du conservatoire municipal de Sète en France en 2001. Le président du conseil municipal de Sète avait exprimé, à l’époque, la volonté d’établir un pont socioculturel ayant pour but de proposer et de réaliser des projets culturels dans le domaine de la musique. Le protocole de jumelage avait pour objectif la sauvegarde et la promotion des musiques des peuples méditerranéens. Des écrivains et des artistes de renom sont venus rendre hommage au conservatoire. L’écrivain Driss Chraïbi entouré de “petits néophytes musiciens” y était venu fêter l’anniversaire de son fils au cours d’une soirée pleine d’émotion. Actuellement, ce sont 130 élèves musiciens qui poursuivent leur formation dans l’institution. Toutes les couches sociales y sont représentées. Ce sont dans les 40 enfants, amoureux de musique, issus de familles défavorisées qui sont pris en charge gratuitement par le conservatoire, affirme le directeur. Des médecins psychanalystes m’envoient régulièrement des enfants perturbés ou malades pour les initier à la musique. Une excellente thérapie qui développe la personnalité et favorise l’intégration sociale. Les adultes mélomanes sont aussi acceptés. Parmi les adhérents, se retrouvent parfois, le père, la mère et leurs enfants. Des investisseurs et des MRE heureux de découvrir le conservatoire dans la ville commencent à contacter la direction. “Il est de mon devoir de me battre pour permettre à l’établissement de continuer de fonctionner et de ne pas décevoir ceux qui me font confiance”, indique Sibouai. En attendant, le conservatoire est déficitaire. Cette année, les charges (338.340 DH) dépassent de loin les revenus (197.500 DH). Des dépenses sont nécessaires pour les appointements des 6 professeurs de piano, de solfège, de guitare, de luth et de violon. En plus de l’entretien et de l’achat d’instruments de musique. Des enfants du conservatoire d’El Jadida s’étaient classés parmi les premiers aux concours nationaux de Rabat et de Meknès. Ce qui est tout à l’honneur de notre région, affirme le directeur. La municipalité vient de dévoiler la liste de ses subventions en faveur des associations culturelles, sociales et sportives. Pour la première fois cette année et malgré le partenariat, l’association Almostakbal n’est pas bénéficiaire. Par contre, des associations qui ne développent aucune activité dans la ville ont pu bénéficier d’importantes sommes. Alors que d’autres très actives n’ont reçu que de modiques sommes. C’est le cas de l’association pour l’intégration des enfants handicapés, l’association pour l’insuffisance rénale. D’autres associations ont été simplement évincées pour des considérations personnelles ou encore partisanes ou politiques.


Fiche technique

Le conservatoire situé avenue Attahrir se compose d’un rez-de-chaussée et de 2 étages construits sur une superficie de 176m2. Le rez-de-chaussée abrite un espace polyvalent avec une salle d’exposition, de danse classique et d’activités musico-culturelles. Le premier étage, en plus de l’administration, se compose d’une bibliothèque, d’une salle de cours théorique et de solfège. Au 2e étage, se trouvent 6 salles de luth, de piano, de musique arabe, de violon, de guitare et une de répétition. Le conservatoire dispense un enseignement musical en conformité avec l’arrêté ministériel en un cursus de 7 années. Précédé éventuellement par un niveau d’initiation pour les très jeunes élèves. Chaque année d’étude est validée par une attestation de réussite. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc