×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida: Des cafés “pied dans l’eau”

Par L'Economiste | Edition N°:1931 Le 04/01/2005 | Partager

. Accord pour 6 cafés sur le sable… . … Ils seront adaptés au nouveau plan d’aménagement La corniche jouxtant le port ne ressemble plus à ce qu’elle était. Seuls des vestiges de briques et de murets démantelés des cafés Sintra, Sables d’Or, La Rosée et La Varenne sont encore visibles. Ces cafés avaient été construits, grâce à des autorisations spéciales et provisoires, sur le domaine public depuis les années 80. Actuellement, les autorités de la ville envisagent de nouveaux aménagements sur l’esplanade qu’ils occupaient. Des négociations avaient été entamées avec 4 propriétaires pour leur déplacement en contrebas à même le sable. Un 5e propriétaire, sceptique et craignant de simples manœuvres pour l’expulser, a préféré le recours à la justice pour sauvegarder son acquis et demander des dédommagements. “C’est une occupation d’espaces publics à des fins commerciales. Et c’est au conseil communal de rendre aux habitants leur domaine occupé par un commerce”, explique un conseiller municipal. Maintenant, 4 cafés ont été démontés par leurs propriétaires. Seul le café “La Corniche” qui, avec ses couleurs bleuâtres, reçoit encore ses clients le plus normalement du monde. Il fait même de bonnes recettes en affichant tables combles. Et pour cause, les clients des cafés démolis se sont rabattus sur le seul café qui se maintient encore face à la mer. Selon les observateurs, les autorités locales ont plein droit pour procéder aux démolitions du café récalcitrant à tout moment. Les propriétaires des 4 cafés démolis se sont constitués en Association de promotion de la baie d’El Jadida. Depuis septembre dernier, des négociations avec la municipalité et les autorités locales ont abouti à la décision d’autoriser la construction de 6 nouveaux cafés en contrebas sur la plage. Ce sont les autorités de la ville qui ont fixé le nombre de cafés à construire. Jeudi 23 décembre dernier, une réunion a eu lieu au siège de la municipalité, entre les cafetiers, le 1er vice-président, le représentant des autorités locales et l’architecte communal. Les cafetiers ont présenté un plan d’architecture ordonnancé au nouveau plan d’aménagement de la ville d’El Jadida, souligne l’un des propriétaires. Une autre réunion est prévue également au début de la semaine en cours pour approbation éventuelle, indique le 1er vice-président de la municipalité. Les cafetiers pensent commencer l’exécution des travaux en ces premiers jours de janvier. Le chantier prendrait fin au terme du mois d’avril. “Nous voulons être fin prêts au prochain rendez-vous estival”, confie un des propriétaires. “El Jadida aura, avec ce nouveau plan, une corniche somptueuse qui créera une nouvelle dynamique touristique pour la ville”, a confié un autre cafetier. Selon le plan architectural des cafetiers, 6 nouvelles ouvertures de 8 mètres de large avec des escaliers serviront d’accès directs vers la plage. Selon les accords avec la municipalité, les propriétaires s’engagent à créer de l’animation devant les cafés. Ils auront au programme, des sports nautiques, du jet-ski, du beach-volley, des pédalos, des concours de sable et des soirées musicales. Pour le coût, les cafetiers estiment que les constructions vont mobiliser quelque 3 millions de DH en bâtiments et un peu plus de 4 millions de DH en matériel, équipements et ameublements. Avec ces nouveaux aménagements, la corniche d’El Jadida sera mise à niveau. Au moins en partie. En attendant, les habitants de la ville suivent de près le bras de fer engagé entre les autorités locales et le propriétaire du café “La Corniche” encore debout.


L’article 37 de la charte communale

Dans cette affaire, l’article 37 de la Charte communale stipule que : “ le conseil communal procède, conformément à la législation et à la réglementation en vigueur au classement, au déclassement et à la délimitation des biens du domaine public communal. Il statue sur les acquisitions, les aliénations, les échanges, les baux et toutes les transactions portant sur les biens du domaine privé. Il approuve tous les actes de gestion ou d’occupation du domaine public communal”.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc