×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    El Jadida: Comment créer des emplois grâce aux partenariats

    Par L'Economiste | Edition N°:2489 Le 21/03/2007 | Partager

    . C’est la nouvelle réorientation de l’association Doukkala. Formation et activités génératrices de revenus au programme«L’association Doukkala vient de moderniser ses structures pour mieux cibler ses interventions», explique son président, Abdelkrim Bencherki. Depuis sa création, l’association mène des actions caritative au profit de plus de 1.300 familles démunies de la province. Distribution de denrées alimentaires, caravanes médicales et alphabétisation constituent les axes de sa stratégie. De nombreux partenariats ont été établis avec les départements de tutelle pour soutenir les opérations. Aujourd’hui, l’association aborde un nouveau virage et s’oriente vers la mise en place d’activités génératrices de revenus. Ainsi, plusieurs programmes pour le développement de coopératives sont lancés. Prises d’abord en charge dans le cadre de l’éducation informelle, de nombreuses femmes sont invitées désormais à s’organiser pour s’assurer des revenus stables. Des projets pour la promotion de la djellaba essayssia ou de la céramique ont vu le jour. L’association s’occupe de leur commercialisation. Par ailleurs, différents ateliers ont été aménagés au siège de l’association permettant d’assurer la formation en informatique. La création de nouvelles filières de formation spécialisées est aussi au programme. L’objectif est de mieux cerner les interventions. De fait, les actions futures dans le rural seront ciblées pour améliorer les revenus en aidant à faire développer des projets adaptés. «Faire de la charité à travers des dons n’est pas une action pérenne. Nous nous sommes rendu compte que la meilleure façon d’aider quelqu’un, c’est de lui apprendre à gagner sa vie», déclare Bencherki.Enfin, lors de la dernière assemblée générale, de nouveaux profils ont été recrutés, notamment des universitaires, pour mener les actions de bénévolat. De notre correspondant, Mohamed Ramdani

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc