×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

El Jadida: 500 millions de m3 d’eau pour l’irrigation

Par L'Economiste | Edition N°:1903 Le 25/11/2004 | Partager

. Bien qu’en augmentation, cette dotation reste insuffisante . Les zones céréalières sont les plus touchéesLE démarrage de la campagne agricole de cette année s’annonce bien meilleur que celui de la campagne précédente. C’est Ali Moulid, directeur de l’Office régional de mise en valeur agricole de Doukkala-Abda (Ormvad) qui l’annonce. En effet, les deux barrages alimentant la région (Hansali à Tadla et Al Massira à Settat) affichent un taux de remplissage satisfaisant. En septembre 2004, le taux était de 36% contre 23% au cours de la campagne précédente et 18% seulement en septembre 2002. “Cette situation nous a permis de disposer pour cette saison à partir de ces deux infrastructures d’une dotation en eau de 500 millions de m3. Ce qui est en amélioration de 10% par rapport aux années antérieures”, indique Moulid. Avec cette dotation, le programme d’hiver pour la zone irriguée des Doukkala aménagée sur une superficie de 96.000 hectares s’annonce relativement normale, précise-t-il. Ce sont en premier 22.000 hectares de betteraves qui seront irrigués en 2004/2005. Cette année, 4.000 hectares supplémentaires ont été réservés à cette culture pour accompagner le projet d’extension des sucreries des Doukkala (cf.www.leconomiste.com). La culture de la betterave est très sollicitée par les agriculteurs car elle est rentable et présente plus de garantie par rapport aux autres cultures. L’Ormvad a également programmé 16.000 ha pour la culture fourragère destinée au bétail. Au programme aussi, 50.000 ha réservés aux céréales. Mais ne sont prévues que 2 irrigations pour les céréales sur 6 qui sont normalement nécessaires, révèle le directeur de l’Office. La dotation en eau ne permet pas, malgré tout, de couvrir les besoins normaux de ces 50.000 ha. Les agriculteurs tablent sur la pluie pour combler le déficit en eau et restent dépendant pour cette culture des aléas climatiques. “L’année dernière, le démarrage de la campagne a débuté avec une dotation de 280 millions m3. Et on nous a augmenté en mai de 130 millions m3, car la situation des barrages s’était, entre-temps, améliorée avec les pluies. Nous espérons des pluies équivalentes à l’année dernière pour programmer même les cultures d’été”, indique Moulid. Pour la zone bour relevant de la zone d’action de l’Ormvad, ce sera un programme relativement normal comme réalisé chaque année, indique le directeur. La zone bour comprend 200.000 hectares de céréales. Le maïs sur 40.000 ha, 12.000 ha de légumineuses et 14.OOO ha de fourrages. Les agriculteurs assurent essentiellement sur la côte entre Ouled Ghanem et Oualidia leur propre irrigation sur 9000 ha à partir de puits. Beaucoup de superficies sont irriguées par les privés à partir des puits ou par le transfert des eaux de la rivière Oum Er-Rabia. Une action pilote et particulière de remembrement et d’épierrage a été réalisée dans le bour du Sahel sur 50.000 ha à l’Ouest de Sidi Smaêl grâce à un financement de 83 millions de DH sous forme de dons de l’Union européenne(cf.www.leconomiste.com). Dans cette région, 170 km de routes ont été aménagées. Les objectifs sont l’amélioration des conditions de vie de la population rurale.


Et la production laitière?

LA production laitière dans la zone irriguée des Doukkala connaît chaque année une progression de l’ordre de 8 à 10%. Les vaccinations et les opérations d’identification du cheptel se poursuivent actuellement. Cette année connaît aussi la reprise des importations de bétails. Le ministère a cependant entrepris des mesures draconiennes pour maîtriser ces importations. L’Ormvad vient d’instruire 300 demandes pour un premier lot de 300 génisses.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc