×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

El Ejido: Les immigrés marocains menacent d'observer un arrêt volontaire du travail

Par L'Economiste | Edition N°:711 Le 24/02/2000 | Partager


Au lendemain du recasement des premiers immigrés sinistrés (18 au total) dans des modules de préfabriqué à El Ejido, le collectif des travailleurs agricoles marocains a mis en garde contre un nouveau débrayage volontaire devant le non-accomplissement de toutes les promesses faites. Celles-ci concernent notamment leur intégration sociale et la création de meilleures conditions de séjour et de travail dans la région.
Une Commission de négociation a été mandatée par les immigrés pour réclamer la propriété de ces modules, installés par la protection civile pour héberger les immigrés marocains dont les abris ou logements ont été incendiés lors des incidents racistes. Selon la Commission, les immigrés doivent prendre en charge la gestion de ces modules et non les chefs d'exploitation pour être à l'abri de toute mesure d'expulsion de l'emploi ou moyen de pression.
Devant le refus du maire d'El Ejido de monter des campements sur des terrains municipaux, il a été décidé d'installer des modules de préfabriqué dans les exploitations agricoles où exercent les immigrés.
Parallèlement, le collectif marocain a menacé de boycotter volontairement le travail au cas où tous leurs problèmes ne seraient pas résolus immédiatement, conformément à l'accord atteint dans la nuit du 12 au 13 février, prévoyant la régularisation des sans-papiers, l'accès à un logement salubre, l'intégration sociale et de leur faire bénéficier de toutes les dispositions de la loi sur les droits et libertés des immigrés. Il s'agit de l'assistance sanitaire et juridique gratuite, l'accès au logement à un loyer modéré et subventionné, du regroupement familial et de la régularisation immédiate principalement.
La question de l'habitat doit être résolue graduellement après l'installation d'au moins 60 modules de préfabriqué avant la construction de logements sociaux "dans un proche avenir", selon les autorités locales.
La Commission réclame, en outre, un recensement exhaustif de tous les immigrés en quête d'un logement digne, y compris les sans-papiers. "Cette mesure pourra profiter à un millier de travailleurs marocains, forcés de se conformer aux dures conditions de vie dans des bidonvilles de plastique et édifices délabrés".

Wissal SEGRAOUI (MAP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc