×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Education Nationale : Le MEN veut bâtir des écoles plus solides

Par L'Economiste | Edition N°:222 Le 21/03/1996 | Partager

"De la restructuration des services à l'amélioration des méthodes de travail", une direction du MEN fait le plein des idées pour livrer des écoles robustes.


"150.000 m2 couverts sont construits chaque année par le MEN, ce qui se traduit par la création de nombreux emplois, la promotion des PME et une dynamisation du secteur des BTP". C'est en ces termes que M. Ahmed Lamrini, directeur des constructions et des équipements au Ministère de l'Education Nationale, explique le rôle économique d'une direction qui gère un budget de 1 milliard de DH. "Et pour mieux accomplir cette mission, il a fallu que la Direction des Constructions et des Equipements (DCE) se réorganise aussi bien sur le plan de la restructuration de ses services que de l'amélioration de ses méthodes de travail".
Cette réorganisation vise tout d'abord une meilleure transparence qui consiste à clarifier les missions dévolues aux différents services de cette Direction, fixer les objectifs à atteindre, expliquer les règles de fonctionnement interne et préciser les relations avec l'environnement.
Le deuxième objectif concerne la transversalité, "à l'organisation verticale par niveau d'enseignement, il est substitué l'organisation horizontale en regroupant les tâches par service. dans le but d'optimiser les moyens et favoriser la communication au sein de la Direction.", souligne M. Lamrini.
Le troisième objectif consiste à valoriser les compétences et à capitaliser l'expérience technique accumulée. La DCE envisage à moyen terme la déconcentration de la gestion des projets de construction et d'équipement.

Conception de l'équipement

La DCE, chargée de la construction des collèges et lycées, celle des écoles primaires étant depuis 1990 du ressort des collectivités locales, équipe également les établissements scolaires en matériel pédagogique et didactique. Elle se charge aussi de la maintenance et du renouvellement des bâtiments et des équipements scolaires. "Pour ce faire, nous avons mis en place un système de mise à jour permanente des normes de conception des espaces éducatifs et du mobilier scolaire". Dans ce sens, la Direction travaille en étroite collaboration avec les pédagogues pour suivre d'une façon continue l'évolution des méthodes d'enseignement."A titre d'exemple, si les enseignants veulent organiser les cours en table ronde, nous devons répondre à leurs besoins en concevant un mobilier adapté: léger, amovible, chaise désolidarisée du pupitre".
Pour ce qui est du matériel d'enseignement, la DCE projette la création d'un centre national de matériel didactique pour maîtriser l'approvisionnement et la gestion de ce type de matériel. "Cette centrale d'achat aura comme autres missions principales la maintenance et la formation des enseignants à l'utilisation du matériel et à sa bonne conservation".
Il faut signaler que près de 250 millions de DH sont consacrés annuellement à l'acquisition de l'équipement dont 90% est importé. "Nous avons prévu dans ce sens un service Recherches et Développement pour la conception de ce type de matériel et la promotion de sa fabrication au niveau national".

Vétusté et manque d'entretien

Par ailleurs, la Direction procède actuellement au recensement du parc de bâtiments et à l'inventaire des équipements. Une banque de données sera mise en place sur la base d'un système d'informations géographiques. "Un audit de la qualité des constructions en cours, avec l'assistance du LPEE, a mis en relief des dégradations très avancées qui sont dues à la vétusté mais aussi au manque d'entretien courant et à la mauvaise qualité des travaux". Le but de cet audit est de définir un programme d'urgence des grosses réparations, déterminer les responsabilités éventuelles et enfin se renseigner sur les carences à éviter dès la conception des projets. "Si bien qu'il faut optimiser, non seulement le coût initial de construction, mais également le coût global intégrant les dépenses ultérieures de maintenance". Dans le même ordre d'idées, le choix du terrain sera plus rigoureux car "le coût peut varier du simple au double selon la nature" .
La maîtrise de la qualité, des coûts et des délais nécessitant une bonne conception des projets, la DCE a pensé à associer, dès le départ, l'architecte et le bureau d'étude. "Nous souhaitons désigner les concepteurs de projets sur la base d'idées innovatrices aussi bien au niveau de la conception générale que des matériaux utilisés, en facilitant la maintenance ultérieure et la lutte contre le vandalisme". La DCE souhaite également améliorer l'esthétique des bâtiments et promouvoir une véritable architecture scolaire. Quant au choix des entreprises, la Direction a adopté un système de qualification à l'instar d'autres administrations telle que celle du Ministère des Travaux Publics. Ces procédures seront appliquées à partir du mois de juillet 1996.

Malika EL JOUHARI





  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc