×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Ecologie, premier séminaire au MCIA

    Par L'Economiste | Edition N°:273 Le 27/03/1997 | Partager


    La prévention de la pollution coûte beaucoup moins cher que les efforts de dépollution. C'est dans ce sens que le Ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat a entrepris une série d'actions de sensibilisation en collaboration avec l'Organisation des Nations Unies pour le Déve-loppement Industriel (ONUDI).
    Les professionnels du secteur textile ont bénéficié du premier séminaire organisé le 26 mars. Celui-ci fait partie des actions prises pour la réalisation du projet de Développement Industriel Ecolo-giquement Durable, a souligné M. Driss Jettou.
    Ce projet «repose essentiel-lement sur le développement, à moyen terme, de méthodes et d'outils en vue d'une exploitation rationnelle et durable des ressources naturelles du pays en s'appuyant sur des technologies efficaces et rentables de prévention de la pollution et sur des technologies peu ou non pollu-antes».

    Une opération pilote de démonstration de la prévention de la pollution et de réduction des déchets à la source dans le secteur textile a été entreprise par le MCIA. Elle a concerné la Société Africaine de Filature et de Textile (Saft), située dans la zone industrielle de Youssoufia à Rabat. Elle produit 3 tonnes de tissus à base de laine.
    La pollution de cette activité est due aux matières toxiques, principalement le chrome, diminuant l'oxygène dans le milieu aquatique et aux matières non biodégradables.
    L'audit s'est déroulé en six phases, préaudit, collecte des données et réalisation des mesures, campagne de prélèvement d'échan-tillons d'eau usée, établissement de bilans massiques et thermiques, analyse des bilans et synthèse sous forme d'un plan d'action (mesures et recommandations).
    Le plan d'action comprend des mesures évidentes de réduction de la pollution, d'économie d'énergie et d'eau et des actions nécessitant un investissement. En outre, des actions spécifiques ont été recommandées dans le but d'améliorer la qualité, la sécurité et l'hygiène.
    Selon les conclusions de l'audit, l'application des mesures est susceptible de permettre à la Saft de réaliser une économie en eau de 23.400 mètres cubes par an et des gains financiers de 938.000 Dirhams par an.

    Hakim ARIF



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc