×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Politique

    Eclairage public
    Rabat: La gestion a atteint ses limites

    Par L'Economiste | Edition N°:3035 Le 29/05/2009 | Partager

    . Le cahier des charges pour un concessionnaire privé est prêt. Objectif: une réduction de la facturation de 30%L’éclairage public figurait parmi les sérieux problèmes posés à Omar Bahraoui depuis son arrivée à la tête du Conseil de la ville de Rabat. Outre l’état dégradé du réseau, il a hérité de l’ancien Conseil d’une facture de près de 70 millions de DH à régler pour le compte de Redal. L’apurement de ces arriérés a pesé lourdement sur la gestion du budget de fonctionnement. En 2008, la facture a atteint 64 millions de DH contre 45 millions en 2003. Toutefois, dans le cadre du plan triennal pour la mise à niveau des infrastructures de la capitale, la ville a consacré une enveloppe de 215 millions de DH. Celle-ci a permis de réaliser les travaux de maintenance, de réhabilitation et d’extension du réseau durant la période 2004-2008. Un réseau qui compte 120 km de câbles électriques avec 3.500 poteaux équipés de lampadaires. «Ces réalisations ont touché les grandes artères de la capitale ainsi que plusieurs quartiers populaires comme Yakoub Al Mansour et Youssoufia», souligne Abderrahim Jadea, ingénieur municipal de la ville de Rabat. En dépit de ces efforts, on doit souligner que la gestion du service de l’éclairage public par les soins de la commune a atteint ses limites. Ainsi, l’on pense confier cette prestation à des opérateurs spécialisés dans le domaine. «Le cahier des charges est prêt et il sera du ressort de la nouvelle équipe communales de gérer le dossier», ajoute Jedea. Par cette concession, la commune compte réaliser des économies au niveau de la consommation de l’énergie dans l’objectif de réduire la facture de 30%. Notons par ailleurs que la mise à niveau du réseau de l’éclairage figure également parmi les préoccupations des responsables des villes voisines, à savoir Témara et Salé. Cette dernière a mobilisé un budget de l’ordre de 71 millions de DH pour la période 2005-2009, alors que l’enveloppe prévue initialement était de 47 millions de DH. Selon Driss Sentessi, président du Conseil de la ville, le taux d’engagement des dépenses au titre de cette rubrique avoisine les 90% à fin avril dernier. Cet effort financier a permis d’étendre le réseau à plusieurs quartiers et également de réhabiliter une grande partie de l’existant. Sur ce volet, Sentessi avance que cette mise à niveau a permis d’équiper la ville de près de 12.000 appareils d’éclairage. Nour Eddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc