×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    E-business: IAM lancera son site-portail en juillet

    Par L'Economiste | Edition N°:467 Le 19/03/1999 | Partager

    · Un projet de comité national pour l'E-business

    · Mise en oeuvre de la solution dès le premier semestre 2000

    · COFIMAG se positionne en «tiers de confiance»



    Itissalat Al-Maghrib (IAM) retrousse ses manches pour le virage du E-business. L'opérateur historique a dévoilé lors du premier forum maghrébin sur le commerce électronique(1) les grandes lignes de sa stratégie d'accompagnement de l'économie «en réseau».
    La mesure principale concerne le lancement d'ici juillet d'un site-portail. «C'est un site Web de convergence qui aura pour vocation d'offrir un contenu riche en informations: news, bourse, annuaires électroniques, référencement de sites Internet marocains, moteurs de recherches en vue de fidéliser le plus grand nombre de cybervisiteurs», précise M. Riad Boukili, chef du Service Commercial, Division Multimédia à IAM.
    Une fois cette étape franchie, «IAM peut investir le E-commerce en se proposant de jouer le rôle de tiers de confiance et de tiers notarial des transactions électroniques qui vont transiter par le site», ajoute M. Boukili. Aucune indication n'a été donnée concernant la date de lancement de l'appel d'offres pour la réalisation du portail.
    Le projet en cours d'élaboration par IAM prévoit également la constitution d'un comité national pour le E-Business. Cette structure sera composée de représentants du Ministère des Finances, de banques, de l'Office des Changes, du Ministère de la Justice, et celui de l'Industrie du Commerce et de l'Artisanat. Auxquels s'ajoutent des opérateurs du secteur des technologies de l'information et de la distribution.

    «Ce comité aura pour tâche de concevoir un cahier de recommandations qui précisera la répartition des rôles entre ces différents intervenants», indique le responsable d'IAM. Le développement technique et commercial sera assuré par l'opérateur historique. La phase d'implémentation aura lieu d'ici le premier semestre de l'an 2000, promet-il.
    Retraçant l'état de pénétration d'Internet depuis novembre 1995, M. Boukili a défendu le bilan de sa compagnie. «Actuellement, on dénombre 40.000 internautes dont 10.000 abonnés via le réseau téléphonique commuté (RTC), 500 sites Web, 73 fournisseurs d'accès à Internet». L'offensive d'IAM sur ce créneau est marquée par l'entrée en vigueur de sa nouvelle tarification des services du réseau des réseaux revue en baisse de 20%. Depuis le mois de février, la connexion Internet par RTC ou le réseau numérique d'intégration de services (MARNIS) est limitée au prix de 200 DH/HT.
    Les providers estiment que, par cette décision, IAM leur livre une concurrence déloyale en sa qualité à la fois de grossiste et de détaillant.
    Les fournisseurs monoproduit, qui tirent leur revenu uniquement de la commercialisation de l'accès à Internet, y voient aussi une de ces incohérences qui caractérisent la libéralisation du secteur des télécoms.


    (1) Organisé le 17 mars à Casablanca, Cf L'Economiste du mercredi 17 mars.
    (2) www.mediterrane-on-line.com; www.echangeur.fr; www.s2m.net.ma

    Des entreprises en prospection

    a Fora» du E-business, pour reprendre l'expression du président de l'Université Al Akhawayn d'Ifrane, M. Rachid Benmokhtar, était l'occasion pour plusieurs entreprises étrangères de venir prospecter le marché marocain. C'est le cas de Méditerranée on-line et l'Echangeur(2). Les deux cyberacteurs du Net-commerce ont présenté leurs offres et leurs expériences avec certains pays maghrébins, notamment la Tunisie, pour la mise en oeuvre de solutions du commerce électronique.
    Le groupe COFIMAG, coorganisateur de l'événement, a annoncé son positionnement dans cette économie naissante en proposant de devenir «tiers de confiance» pour la sécurisation des opérations électroniques.

    Rachid JANKARI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc