×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Dubai World: Réunion des créanciers le 22 juillet

    Par L'Economiste | Edition N°:3318 Le 13/07/2010 | Partager

    . Objectif: s’entendre sur une restructuration de sa dette. La dette totale de l’Emirat pourrait atteindre 170 milliards de dollarsLe groupe en difficulté Dubai World a convié tous ses créanciers à une réunion le 22 juillet, afin de s’entendre sur une restructuration de sa dette, a indiqué un responsable proche du dossier. «Dubai World a invité les créanciers, soit 73 banques au total, à une réunion le 22 juillet afin de donner des informations sur ses propositions de restructuration», a précisé ce responsable.«Il n’y aura pas de vote ou de résolution au cours de cette réunion. Les banques vont étudier ces propositions et un accord devrait prendre plusieurs mois», a-t-il ajouté. Il a souligné que le comité de coordination des banques, formé de sept établissements auxquels le groupe doit 60% de sa dette, avait déjà accepté les propositions de Dubai World. Ce dernier avait annoncé le 20 mai être parvenu à un accord de principe avec la plupart des banques créancières pour une restructuration de sa dette de 23,5 milliards de dollars. Le groupe avait proposé le 25 mars de rembourser l’intégralité de sa dette sur huit ans, le gouvernement de Dubaï s’étant engagé à lui apporter une aide de 9,5 milliards de dollars destinée notamment à renflouer le géant immobilier Nakheel et à convertir en actions sa part de 8,9 milliards de dollars.La dette due aux banques créancières est d’environ 14,4 milliards de dollars et elle doit être réglée en deux tranches, l’une de 4,4 milliards de dollars à honorer dans 5 ans et l’autre de 10 milliards de dollars dans huit ans, généralement à un taux d’intérêt de 1%, selon les propositions du groupe. Parmi les créanciers de Dubai World, figurent notamment quatre banques britanniques (HSBC, Lloyds, RBS et Standard Chartered), dont l’exposition aux difficultés du conglomérat est estimée à plus de 5 milliards de dollars. L’Abu Dhabi Commercial Bank et la Emirates NBD bank de Dubaï sont en tête des créanciers régionaux de Dubai World.Dubaï avait fait trembler les places financières internationales en novembre en demandant un moratoire sur une partie de la dette de Dubai World, estimée alors à 59 milliards de dollars. La dette totale de l’Emirat est estimée entre 80 et 100 milliards de dollars, mais selon certains experts, elle pourrait atteindre 170 milliards.F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc