×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Dubaï sauvé in extremis

Par L'Economiste | Edition N°:3170 Le 15/12/2009 | Partager

. L’Emirat obtient 10 milliards de dollars d’Abou Dhabi L’ÉMIRAT de Dubaï, en difficulté financière, a été sauvé in extremis hier lundi par son riche voisin pétrolier Abou Dhabi qui lui a octroyé une aide de 10 milliards de dollars dont une partie va payer la dette du géant immobilier Nakheel. L’annonce de l’octroi de cette aide est intervenue le jour même de l’arrivée à maturité des obligations islamiques de Nakheel, alors que les milieux financiers craignaient un défaut de paiement.La Bourse de Dubaï a réagi rapidement ouvrant sur une forte hausse de 10,10%, après avoir dégringolé à la suite de l’annonce le mois dernier des difficultés financières de l’émirat, alors que le marché d’Abou Dhabi était en hausse de 7%. Abou Dhabi est la capitale et le membre le plus riche de la fédération des Emirats arabes unis, dont fait partie Dubaï, émirat touché par la crise financière après avoir connu un développement phénoménal en se transformant en quelques décennies d’un modeste port en une ville futuriste. «Le gouvernement d’Abou Dhabi a accepté de fournir 10 milliards de dollars au Fonds de soutien financier de Dubaï, somme qui sera utilisée pour remplir une série d’obligations de Dubai World», le conglomérat public en difficulté dont Nakheel est une filiale, a annoncé un communiqué des autorités de Dubaï. Le communiqué ne précise pas s’il s’agit d’un prêt ou d’un don.Le gouvernement de Dubaï, poursuit le communiqué, a «autorisé l’utilisation de 4,1 milliards de dollars pour payer les obligations islamiques (sukuk) venant à maturité» hier lundi.Les 5,9 milliards de dollars restants «serviront à payer les intérêts et les opérations de fonctionnement de Dubai World jusqu’au 30 avril 2010, à condition que le groupe mène avec succès les négociations sur un moratoire de sa dette comme annoncé auparavant», selon le communiqué. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc