×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Du GPL pour les taxis: Une expérience-pilote pour lutter contre la pollution atmosphérique

    Par L'Economiste | Edition N°:494 Le 27/04/1999 | Partager

    · Lancement d'une chaîne de production de voitures Fiat équipées de kit GPL
    · Plan quinquennal: Energie et mines, priorité des actions de lutte contre la pollution atmosphérique


    Relancer dans les plus brefs délais la mise en application du décret fixant les valeurs limites de rejet des gaz d'échappement des véhicules. C'est ce que souhaite le Département chargé de l'Environnement, qui s'est attelé à la préparation de quelques actions ayant trait à la lutte contre la pollution atmosphérique.
    Ainsi, une expérience-pilote de deux petits taxis équipés de kits GPL (gaz pétrole liquéfié), moins polluant, sera lancée à l'occasion de la journée mondiale de l'environnement, le 5 juin prochain à Casablanca et Rabat.
    M. Ahmed Iraqui, secrétaire d'Etat chargé de l'Environnement, l'a annoncé au cours d'une réunion de coordination avec les représentants du Ministère de l'Industrie, du Ministère de l'Energie et des Mines, du groupe Sodipi/Primagaz et du directeur général de FIAT Maroc.
    Il s'agit ainsi du lancement d'une chaîne de production de voitures FIAT équipées à base de kits GPL. Les premiers prototypes devraient être lancés en automne prochain et commercialisés à un prix inférieur à la version diesel.
    Pour l'heure, il n'existe qu'une seule station à Casablanca qui distribue du GPL. Mais le groupe Sodipi/Primagaz s'est engagé à installer de nouvelles pompes à Casablanca et Rabat, les deux seules villes concernées par cette mesure.
    Dans un premier temps, l'expérience ne concerne que les taxis, mais devrait s'étendre aux autobus et autocars. Reste qu'en l'absence de caractère obligatoire, ces mesures risquent d'avoir un impact limité.
    Autre volet auquel le Secrétariat à l'Environnement s'est activé ces derniers temps: le Plan quinquennal 1999-2003. Celui-ci sera présenté dans sa mouture finale vendredi prochain, est-il indiqué auprès du Département. Parmi les axes liés à la pollution atmosphérique, le plan a mis l'accent sur la lutte contre la pollution, tant dans les domaines énergétique que minier.
    Par ailleurs, la Journée nationale sur la pollution de l'air aura lieu à la même date que la Journée mondiale de l'environnement, le 5 juin, annonce le Département. Celui-ci promet enfin une entrée en vigueur imminente du fameux décret sur les gaz d'échappement. Ce texte a été adopté en mars 1998 et devait entrer en vigueur en août dernier. Cependant, rappelons-le, il a été suspendu d'application notamment pour des raisons économiques et sociales.
    En effet, et d'après les chiffres de la Direction de la Statistique (à fin 1996), plus de 80% des véhicules en circulation sur le territoire national sont âgés de plus de 10 ans et seulement 5% ont un âge inférieur à 5 ans. Ce qui démontre le fort potentiel polluant du parc automobile marocain.
    Au-delà de ces problèmes, la question du financement du matériel d'évaluation par les autorités publiques et surtout de son entretien se pose au Secrétariat chargé de l'Environnement. Autre compromis à régler: Quel département ministériel bénéficiera des éventuels amendes récoltées? Autant de questions pour lesquelles il n'y a toujours pas de réponses et qui expliquent le retard qu'accuse aujourd'hui l'application du décret.

    Wissal SEGRAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc