×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Dounia Hôtels: Le plan de développement d'Alami

    Par L'Economiste | Edition N°:912 Le 08/12/2000 | Partager

    . La chaîne projette d'investir un milliard de DH dans divers projets hôteliers. A Agadir, Marrakech et Fès, le groupe va construire des hôtels et des centres de loisirs. Le montage financier n'est pas bouclé, mais la chaîne aurait déjà obtenu l'adhésion d'un groupe saoudien et de plusieurs banquesDounia Hôtels regarde désormais vers l'avenir sans doute avec le sentiment que le marathon judiciaire sur le noyau de son groupe (le Palais des Congrès) finirait à son avantage. Son président, M. Abdelhadi Alami, qui vient de sceller une spectaculaire réconciliation avec le CIH par la conclusion d'un pacte dans un plan de continuation du Complexe du Palais des Congrès et de l'Hôtel Mansour Eddahbi (voir notre édition du 6 décembre sur leconomiste.com), pense déjà au développement de sa chaîne. Quelle revanche pour ce personnage donné pour fini il y a encore deux ans avec l'avalanche des affaires judiciaires qui l'opposaient à son créancier numéro un et néanmoins actionnaire, le Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH)? C'est tout serein qu'il attend le verdict des examens des offres sur le Palais des Congrès le 19 décembre. Lui, qui affirmait il y a encore peu qu'il n'avait pas de projets à court terme dans l'hôtellerie, sort un ambitieux plan de développement pour sa chaîne Dounia Hôtels. . Rénovation complète des unités du groupeIl reste à trouver les moyens financiers et ce n'est la moindre des difficultés. Mais M. Alami se montre optimiste: «Le tour de table est en cours de finalisation«, mais d'ores et déjà, il a obtenu l'accord de principe d'un groupe saoudien et de plusieurs banques marocaines dont son partenaire de prédilection, le CIH. D'une valeur d'un milliard de Dirhams, ce plan comprend plusieurs projets: dans la station balnéaire d'Agadir, il est prévu la construction de deux unités, la réalisation du projet Madrag à Taghazout sur près de 15 hectares, un complexe d'un hôtel de thalassothérapie et un centre d'animation. La question foncière est réglée selon M. Alami. Dounia Hôtels détient 2,6 hectares du terrain, le reste (12, 4 ha) lui sera concédé sur une très longue durée. Toujours à Agadir, le groupe hôtelier est propriétaire d'un terrain de deux hectares au Founty en plein centre-ville, juste en face du Tikida Beach. Il compte y ériger un ensemble hôtelier, de loisirs et d'animation. A Marrakech où se trouve le jouyau de la chaîne (le Complexe du Palais des Congrès) n'a pas été oublié. Deux projets majeurs sont prévus dans le plan: la construction d'un centre de loisirs et d'un parc d'attraction couvert sur trois hectares. Là aussi, pas de problème sur le foncier, les terrains propriété de la chaîne sont prêts. Dounia Hôtels va prendre pied dans la ville avec la construction d'un hôtel de 250 chambres.Le quatrième axe du plan concerne la mise à niveau et la rénovation complète des unités formant le périmètre actuel du groupe et également l'achèvement du chantier de la résidence de la Ménara à Marrakech qui était aussi au centre du face-à-face judiciaire avec le CIH.


    Soutien de confrères

    Le plan de continuation présenté par le groupe de M. Alami au Tribunal de Commerce de Marrakech repose essentiellement sur la couverture entière de son passif et l'apport au courant du mois qui suit le jugement, les accords conclus avec l'ensemble des créanciers et les garanties de cet engagement par des cautions blindées (garanties) par le CIH. Dans le milieu hôtelier, la plupart des professionnels soutiennent aujourd'hui sans état d'âme M. Alami et Dounia Hôtels. Irrités par ce qu'ils qualifient de privilèges accordés à Accor (en concurrence avec Dounia et Arbel sur le Palais des Congrès) et l'arrogance, selon eux, du groupe français, ils souhaiteraient que Dounia Hôtels, appuyé désormais par le CIH (en froid avec Accor) triomphe à Marrakech. Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc