×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Doukkala/Agriculture: L’Ormvad fait le point

    Par L'Economiste | Edition N°:2872 Le 02/10/2008 | Partager

    . Les dotations en eaux à l’irrigation de plus en plus restrictives . Le programme cultural limité aux cultures stratégiquesL’étude de réhabilitation des réseaux d’irrigation au niveau des casiers de Sidi Bennour et de Sidi Smaïl dans la région des Doukkala s’est achevée. Portant sur une superficie de 17.000 ha, l’étude a concerné plusieurs aspects de l’activité irriguée dans la région. En fait, avec son achèvement, l’on enregistre également la fin des travaux de télégestion du canal principal d’irrigation et de la station de pompage du Haut Service. L’Office régional de mise en valeur agricole des Doukkala (Ormvad) qui a tenu son conseil d’administration, récemment, en a profité pour faire le bilan de ses réalisations durant les 3 précédentes années agricoles. Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, a présidé le conseil où il a été notamment rappelé que la zone d’action de l’Ormvad s’étend sur une superficie de 523.000 ha. Tout autant qu’il a été indiqué que le remembrement dans les secteurs 1re et 2e tranches du Haut Service a été achevé sur 35.000 ha. Ainsi que sur les zones bours de Ouled Amrane et du Sahel avec respectivement des superficies de 14.500 et 16.000 ha. Par ailleurs, les travaux d’entretien des routes se poursuivent dans le Bas Service sur une distance de 75 km en partenariat avec le conseil provincial et des entreprises opérant dans le secteur, rapporte une source de l’Ormvad.Dans le domaine de l’exploitation des réseaux d’irrigation, la régression continue des apports d’eau au niveau du bassin de l’Oued Oum Er-Rabia s’est traduite par des restrictions dans les dotations allouées. Ainsi, les dotations en eaux au titre des trois dernières campagnes agricoles ont été respectivement de 500 millions de m3 (69% des besoins normaux d’irrigation), 366 millions de m3 (43%) et 331 millions de m3 (37%). Première conséquence: le programme cultural s’est limité aux cultures jugées stratégiques (betterave sucrière, fourrages et céréales d’automne). Parallèlement, des opérations ont été réalisées pour la maintenance des réseaux. L’office a annoncé avoir procédé à la réparation de fuites sur des conduites, au remplacement de 7.500 éléments de canaux, au curage du canal Bas Service (134.000 m3 de dépôts auraient été enlevés), à l’entretien d’environ 490 bornes d’irrigation, à la réparation de 25 moteurs et au rétablissement de 24 pompes de stations de pompage. Les crédits affectés à la maintenance ont été constants au cours de ces 3 dernières années et ont atteint quelque 16 millions de DH prélevés sur le budget général de l’Etat et 5 millions de DH comme contribution de l’office, est-il indiqué. L’office annonce aussi des interventions pour le développement agricole. Dans ce cadre, des actions ont été initiées pour réussir les campagnes betteravières. Elles ont porté sur l’approvisionnement des producteurs en intrants, sur la gestion des irrigations, des semis et de l’arrachage et sur l’encadrement technique des producteurs. Concernant la filière lait, l’on déclare à l’office que des actions ont été réalisées en partenariat avec des organisations professionnelles et avec les unités de production de lait, notamment Centrale Laitière et Nestlé. Des programmes ont, d’autre part, été lancés pour l’identification généralisée des bovins, pour l’insémination artificielle, pour la mise en place du contrôle du lait et pour l’encadrement sanitaire du cheptel. En matière de développement des céréales d’automne, les principales actions ont notamment porté sur la maîtrise des techniques d’installation de la culture, sur la promotion de l’utilisation des semences sélectionnées, des semis mécaniques et sur la fertilisation minérale. Pour l’arboriculture fruitière, les principales actions ont concerné plutôt l’introduction de l’olivier dans la zone pluviale et du vignoble dans la zone irriguée. Comme résultats, la valeur globale de la production agricole pour les 3 dernières campagnes agricoles a enregistré une régression due essentiellement à la réduction de la part de la production végétale en zone pluviale à cause de la sécheresse. A signaler que le conseil a procédé à l’approbation de 9 résolutions. Ces dernières ont trait notamment à l’arrêt des comptes des exercices des 4 dernières années, à la composition du comité d’audit et à la convention entre l’Ormvad et l’Onep relative aux conditions de transport de l’eau du barrage Imfout à travers le canal principal Haut Service. Deux autres résolutions se rapportant au règlement fixant les conditions de passation des marchés de l’office et à la mise à disposition de la commune de Matrane d’une parcelle de terrain pour la réalisation de deux projets inscrits dans le cadre de l’INDH, ont également été approuvées.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc