×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Doukkala-Abda/Education
Croisade pour des latrines dans les écoles

Par L'Economiste | Edition N°:3124 Le 08/10/2009 | Partager

. Le rural prioritaire. Un plan pour le préscolaire  Un plan d’urgence est engagé pour la mise en place de latrines et de toilettes dans les petites écoles rurales des régions d’El Jadida et de Safi. Selon des témoignages des enseignants et des parents d’élèves, l’absence de ces commodités s’est révélée être une cause principale de l’abandon scolaire des filles. Les écoles centrales se trouvant généralement dans des villages sont dotées de latrines. Mais leurs unités satellites construites au niveau des douars en sont majoritairement dépourvues. Ces dernières se constituent pour la plupart d’une unique salle de classe. Elles ont été initialement construites à la hâte souvent par les habitants eux-mêmes pour être mises à disposition du ministère de l’Education nationale. Mais un grand nombre a été érigé par l’administration. Les deux régions disposent en tout de 270 écoles centrales avec 1.001 unités scolaires satellites. Selon le découpage, ces dernières peuvent être disséminées sur un rayon de plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres et parfois très écartées des routes. Actuellement, 36% de ces unités scolaires ont été équipées de latrines. Un premier budget de près de 7 millions de DH leur a été réservé, déclare Mohamed El Maâzouz, directeur de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de Doukkala-Abda. Le plan prévoit également d’équiper ces unités en eau potable (41% seulement des structures, à travers des puits, des châteaux d’eau ou par branchement aux réseaux, en sont actuellement dotées) et en électricité (avec 28% dans l’état actuel). Pour réussir ses programmes, l’académie compte établir des partenariats avec les autorités locales, les communes, l’ONE, l’Onep et la Radeej. Les actes de vandalisme, pendant les vacances notamment, sont une autre préoccupation pour l’académie. En effet, des unités scolaires isolées sont souvent détériorées, les portes et les fenêtres fracturées et des équipements sont volés. Les communes et les populations locales ne s’impliquent pas beaucoup dans le gardiennage de ces écoles. La construction des enceintes autour de toutes les unités scolaires satellites est un autre projet en gestation et qui nécessiterait un autre budget, dit le directeur de l’Aref. Par ailleurs, l’enseignement préscolaire est décrété prioritaire dans le cadre du plan d’urgence. L’académie a mis en place des stratégies pour sa généralisation. L’objectif est de doter à cet effet d’au moins 2 classes chaque établissement scolaire du primaire particulièrement dans le rural et dans le périurbain. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc