×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Dossier Tétouan La wilaya se met à la qualité

    Par L'Economiste | Edition N°:1165 Le 14/12/2001 | Partager

    . L'idée est de donner une seconde vie au Comité technique provincial en le réorganisant sur la base des cercles de qualité. Cinq groupes de travail ont été constitués Au moment où les discussions sur la réforme de l'administration monopolisent bon nombre de réflexions, la Wilaya de Tétouan compte se lancer dans la mise en place d'une procédure qualité au sein de ses services. L'idée dont l'initiateur n'est autre que Mohamed Rharrabi, le wali, a déjà commencé à prendre forme au sein du comité technique provincial (CTP). «Le but est celui d'arriver à mettre en place des normes qualité en ce qui concerne les prestations administratives», explique Rharrabi. Déjà, diverses réunions ont permis de débroussailler le chemin et d'entamer une réflexion sur les modalités d'application. Le projet se constitue autour de cercles de qualité, dont le rôle est d'entamer une réflexion sur les méthodes de travail les plus efficientes afin de pouvoir répondre aux besoins pressants des populations et leurs préoccupations, mais aussi réfléchir sur les perspectives d'avenir. Ces cercles de qualité sont matérialisés par cinq groupes de travail appelés «groupes de compétences», celui de la croissance économique, de la gouvernance urbaine, de la promotion sociale, de l'éducation et de la formation ainsi que de la gestion administrative et de la mise à niveau des services publics. Chacune de ces commissions est formée des services de la wilaya et des services extérieurs des départements ministériels concernés. Une telle organisation permettra à ces derniers de travailler avec plus de souplesse certes, mais aussi avec plus de coordination. «L'un des grands intérêts d'une telle mise en place reste la possibilité de réaliser un bon suivi des politiques publiques en matière d'investissement», affirme Rharrabi. Bien que selon lui, l'idéal serait d'arriver à scruter le champ d'application de l'administration afin de pouvoir réfléchir sur ce qui peut arriver et s'y préparer dès maintenant. Les méthodes de travail au sein des groupes de travail font appel aux démarches qualité: diagnostic, identification des priorités, démarche pour trouver la solution adéquate, mise en place de cette solution et affichage des résultats ainsi qu'un suivi et une évaluation. C'est surtout au niveau de ces dernières étapes de la démarche de travail que le CTP risque d'être «révolutionné».


    Suivi et évaluation

    Si l'administration est habituée à lancer des projets, c'est au niveau de leur suivi qu'elle pèche par un excès de laxisme. Il est à noter que l'ensemble de ces groupes de travail seront domiciliés à la wilaya sauf celui de gouvernance qui sera installé à l'Agence urbaine de Tétouan. D'autre part, un secrétariat assurant le rôle de suivi est déjà en place à la wilaya. A. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc