×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Dossier Settat-BerrechidSettat: Ceux qui sauvent la ville!

Par L'Economiste | Edition N°:967 Le 28/02/2001 | Partager

. La quasi-totalité des sociétés qui ont réussi à Settat sont détenues entièrement ou partiellement par des étrangers. En dehors de l'Administration, ce sont elles qui font l'emploi moderne de la zoneCristalstrass, un modèle de transfert de technologiesCristalstrass est la première unité industrielle à s'être installée à Settat en 1984. C'était il y a plus de 15 ans. C'est la seule usine du groupe italien en Afrique à produire du cristal. En Tunisie, le groupe possède une unité de montage mais pas de production. Employant plus de 780 personnes de manière directe, Cristalstrass a contribué à l'essor de la ville. La matière première provient d'un des plus importants gisements du monde, celui de Belgique.«Settat a été préférée à une ville d'Amérique du Sud, où le terrain avait même déjà été acheté. La décision fut prise lors d'une escale à Casablanca en 1983, année de la promulgation du code des investissements«, souligne M. Roberto Voltolina, directeur de Cristalstrass dans la revue de la CCIS de Settat.Quant à Mme Laraïchi, directrice commerciale de la société, elle a tenu à souligner que «Cristalstrass a opéré un réel transfert de technologies«. Les Marocains travaillant dans la société ont acquis un véritable savoir-faire. Mme Laraïchi ajoute que des spécialistes de l'île de Morano (près de Venise et célèbre pour ses lustres) «viennent donner bénévolement des formations aux employés de la société«.


. Indusalim, la margarine pour tout le mondeLa société Indusalim, dont le capital est détenu à hauteur de 70% par des Européens (Belgique, Luxembourg), est la première société à avoir lancé au Maroc la margarine de table, et ce en 1987. C'est à cette date que fut commercialisée la marque Magdor. Ce fut un grand succès commercial, puisque plusieurs autres sociétés se sont installées par la suite. Indusalim est également pionnière dans ce type de produit en Algérie. C'est au début des années 90, grâce à Magdor (toujours!), que la société a conquis le marché algérien. «Indusalim ne bénéficie d'aucune licence étrangère, toutes les marques que nous commercialisons sont marocaines«, précise M. Mamou, directeur de la société. Indusalim est également présente en Libye et dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest.La société emploie, selon les saisons, entre 80 et 115 personnes.Après Magdor, elle a lancé sur le marché marocain la marque Startine, Florelle puis Familia. «De toutes les marques existant sur le marché, cette dernière possède le meilleur rapport qualité/prix«, souligne M. Mamou.n SettavexSettavex appartient à la multinationale espagnole Tavex, spécialisée dans la fabrication de tissus pour jean (denim). Créée en 1990, cette société est l'une des plus importantes de Settat.Elle vend via des donneurs d'ordre étrangers 70% de sa production à des confectionneurs locaux en admission temporaire (exportation indirecte). 15% de la production sont exportés directement et les 15% restant sont vendus sur le marché local.«Settavex emploie plus de 370 personnes, dont plus de 85% travaillent dans la production«, souligne M. Hamrou, directeur des Ressources Humaines. Par ailleurs, la société contribue, à travers 100 stages par an, à la formation des lauréats de l'université et l'Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Settat (ENCG).. RocaPlusieurs cadres marocains évoluent dans des sociétés dont les capitaux sont majoritairement détenus par des Européens (Italie, Espagne, Belgique). Ils sont pratiquement tous coopérants.Le directeur administratif et financier de Roca (fabrication de sanitaire), lui, refuse de répondre à des questions aussi banales que: «Combien employez-vous de personnes? Quelle est la part des exportations?« etc.M. Malgou estime que «Roca, contrairement aux autres sociétés, a une philosophie basée sur la discrétion«. Et d'ajouter: «Voyez avec M. Enrique Egea, notre DG!« Il n'en demeure pas moins que Roca fait partie de ces entreprises qui sauvent la ville de Settat de l'asphixie complète.. Steve DiffusionCréée par Joseph Marciano, un juif marocain, Steve Diffusion est une usine de confection de pantalons en jean. A noter que M. Marciano est l'un des fondateurs de Settavex (aujourd'hui il a vendu ses parts).Les clients de Steve Diffusion sont des centrales d'achat en Europe. La première est le groupe français Casino auquel Steve Diffusion vend plus de 1,5 million de pantalons par an. «Steve Diffusion a souffert (et continue à souffrir!) de la campagne d'assainissement de 1996«, assure M. Marciano. La société aurait perdu plusieurs clients et les conséquences se font toujours sentir. L'usine tourne à perte. Prévue au départ pour plus de 1.500 employés, elle ne fonctionne aujourd'hui qu'avec un effectif de 400 personnes. A. E. H.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc