×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier Qualité
«L'investissement qualité est d'abord humain»Mouawya Moukite, directeur Qualité de Brasseries du Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:1221 Le 07/03/2002 | Partager

Après avoir certifié tout son système qualité ISO 9002, le groupe Brasseries du Maroc se lance dans la norme environnementale ISO 14001. «Deux de nos sites au moins seront certifiés avant la fin de l'année. Nous avons un programme qui s'étale jusqu'en 2003«.La démarche qualité est une remise en cause profonde et permanente. Le réflexe aujourd'hui est de raisonner amélioration continue. La qualité doit d'abord être une volonté de la direction générale, accompagnée d'une sensibilisation du personnel. L'investissement qualité est essentiellement humain (formation, assistance d'experts...). Mais quel que soit le coût de la qualité, il n'a pas d'importance à côté des gains générés à moyen et long termes. Travailler dans la qualité c'est une invitation à la transparence, à l'implication et la responsabilisation de tous les intervenants. «Chez nous, la qualité a toujours existé, mais depuis 1994, date de mise en place de l'ISO, nous sommes en mesure de le prouver officiellement«. Avant, c'était l'assurance-qualité qui représentait une sorte de garantie vis-à-vis des clients de SBM. Dans l'industrie agroalimentaire, plus l'entreprise tarde à mettre en place un processus de certification, plus elle prolonge l'échéance d'insécurité vis-à-vis de ses clients. Ne serait-ce que sur le volet sécurité alimentaire. Lorsqu'il est tourné vers l'export, l'industriel est obligé de répondre aux exigences du pays destinataire. Là, une première sélection s'opère. La qualité, c'est comme le système des visas.«Sur le plan interne, s'inscrire dans un processus qualité c'est améliorer les prix de revient, les marges, les méthodes de travail... Chaque fois que vous chassez une non-qualité, vous sortez gagnant«.H. F.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc