×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

Dossier Habitat
Quel devenir pour nos villes?

Par L'Economiste | Edition N°:1869 Le 05/10/2004 | Partager

. La question taraude professionnels et habitants. Les villes sont morcelées et déséquilibréesComment seront nos villes dans les 5 ou 10 ans à venir? Une question qui taraudent de plus en plus les esprits face à la fièvre de construction que connaît le pays ces dernières années.A Paris, le maire de la ville, Bertrand Delanoë, a associé les habitants à l’élaboration des nouvelles règles d’urbanisme censées modifier la physionomie de la capitale française pour les vingt prochaines années. Une initiative séduisante qui permet aux Parisiens de faire part de leurs souhaits en matière d’architecture, de protection du patrimoine, de déplacement, de stationnement ou d’espaces verts. Cette consultation, dont les résultats ont été rendus publics le 22 septembre dernier, doit nourrir la préparation du plan local d’urbanisme (PLU). Celui-ci remplacera, en 2006, l’actuel plan d’occupation des sols (POS).«Sans aller jusqu’à espérer une telle action de la part de nos maires et responsables, nous souhaiterions avoir une idée sur les perspectives de développement de nos villes», tonnent des professionnels du bâtiment. Il est vrai qu’au Maroc, où l’habitat insalubre et les bidonvilles prennent des dimensions alarmantes, les priorités sont toutes autres. Le besoin impérieux de garantir, à des prix abordables, un logement décent aux couches les plus défavorisées relègue au second plan l’esthétique et le devenir de la ville. Mais, la forte pression que subissent nos villes et que le phénomène d’exode rural ne fait qu’exacerber pousse des professionnels à tirer la sonnette d’alarme. «Que vont devenir nos villes? Allons nous continuer sur cette lancée ou aurions-nous droit à une vision globale d’un projet urbain intégrant toutes les composantes de la ville? s’interroge Charafeddine Berrada, architecte et président de Cobaty international (Association internationale de la construction, de l’urbanisme et de l’environnement). . Casablanca méconnaissableChaque jour, de nouveaux blocs, sans âme ni vie, se dressent à la périphérie des villes. L’exemple de la métropole est édifiant à cet égard. «Aujourd’hui, à Casablanca, il est plus question de morceaux de ville que de ville. Celle-ci est composée aujourd’hui d’espaces survalorisés et d’autres relégués sans aucune cohérence», indique Charafeddine Berrada. La pression de loger les gens a abouti à la création de «cités-dortoirs» dans les périphéries de la ville. En l’espace de quelques années, la ville est devenue méconnaissable. Sa physionomie a été complètement transformée. «La ville se développe par juxtaposition de lotissements», souligne de son côté Yasser Berrada, président de l’AMCI-Centre (Association marocaine du conseil et de l’ingénierie). Conséquence: la ville de Casablanca est aujourd’hui fragmentée. «Pourtant, cette ville est dotée d’outils urbanistiques importants», indiquent des ingénieurs. Il y a des agences urbaines et un schéma directeur même s’il est dépassé, indique Charafeddine Berrada. Mais ce qui fait défaut, selon lui, c’est plutôt des agences foncières pour gérer le foncier. Il est donc aujourd’hui impératif de se pencher sur le devenir de la ville. Il s’agit de corriger les dégâts et de rééquilibrer cette ville qui a été violentée par des opérations d’urbanisme basées sur le spéculatif. Et ce qui est vrai pour Casablanca l’est aussi pour les autres villes. Pour les experts, la grandeur d’une ville ne réside pas dans la taille de ses logements mais plutôt dans ses équipements. K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc