×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Discours Royal: Relance de la régionalisation

Par L'Economiste | Edition N°:1139 Le 08/11/2001 | Partager

. Rappel des engagements pris pour la “troisième voie”. Le Souverain s'impliquera personnellement dans la politique de régionalisation. Les questions économiques pour la troisième fois au coeur des propos de SM Mohammed VISM le Roi a redynamisé le processus de régionalisation, à l'occasion de l'anniversaire de la Marche Verte de 1975. Il concernera les provinces du Nord et celles du Sud en raison “de leurs spécificités marquées”. Le Souverain s'impliquera dans le processus à qui il fixe un système d'évaluation. Et surtout, ce processus sera appuyé sur les aspects économiques et sociaux du développement.Dans un discours prononcé mardi soir, il a donné des précisions concernant ce qu'il est convenu d'appeler la “troisième voie” pour le Sahara, mais qui s'intègre dans un plan d'ensemble, nettement plus ancien, de régionalisation et déconcentration. Jusqu'à ce que cette troisième voie, (une nette victoire diplomatique marocaine) soit acceptée par la communauté internationale, il n'y avait pas de vraie régionalisation possible au Maroc.SM le Roi a cependant rappelé les bornes de l'accord-cadre proposé par James Baker et Kofi Anan. Le rappel n'est pas inutile puisqu'il y a eu quelques tentatives de faire sortir le projet de ses rails. Ainsi, la visite royale au Sahara a-t-elle donné lieu à des communiqués de la part du Polisario. Néanmoins, ils n'ont pas vraiment retenu l'attention internationale.Le Maroc, explique le Souverain, “a accepté cette solution politique dans la mesure où elle garantit le respect total de notre souveraineté nationale et de notre intégrité territoriale”. Il a indiqué qu'elle “est en phase avec les spécificités de notre système régional et s'inscrit dans le cadre du respect des principes de démocratie”. “Nous aspirons à voir toutes les parties concernées faire preuve d'un esprit positif à l'égard de cette voie, qui a bénéficié de l'unanimité internationale”. SM le Roi a rappelé, à cette occasion, le projet maghrébin, toujours en panne, mais qui est de plus en plus pressant, en raison des avancées européennes et de la marche générale de la globalisation: la fin du conflit artificiel “permettra de créer un climat de coopération, de complémentarité et de sérénité dans la région du Maghreb arabe, qui a besoin de mobiliser ses ressources et ses potentialités communes”. En tout état de cause, la relance des projets de régionalisation, pour les provinces du Nord comme pour celles du Sud, s'appuie fortement sur les aspects économiques. Cette annonce vient après la tournée de SM le Roi dans les provinces du Sud, la première de son règne. Celle-ci a été axée sur les programmes économiques et sociaux (cf. L'Economiste des 24, 25 et 26 octobre 2001 –www.leconomiste.com). Notons aussi que cette tournée est venue juste après l'annonce du programme de recherche de Total-Fina (voir infra). Les deux opérations montrent que malgré les “piques” (pétition en Andalousie et projet de visite de Mme Mitterrand destinées à impressionner les médias), le grand sud continue ses programmes économiques. “Le peuple marocain est en droit d'être fier, en constatant que les efforts ont débouché sur des réalisations grandioses (…), les provinces sahariennes n'ont rien à envier aux régions les plus développées de notre Royaume”.Le Souverain a cité les routes, la stabilisation des ressources en eau, l'électrification, les télécommunications, les ports et les aéroports: “Des cités entières ont été construites et des habitations, par milliers, ont été bâties sur toute l'étendue des provinces de Laâyoune, Boujdour, Smara, Dakhla et Ousserd”. Il a souligné que ces efforts n'auraient pu aboutir sans la sécurité et la stabilité établies par les «FAR, la Gendarmerie royale, la Sureté nationale et les Forces auxiliaires. Elles méritent “tous nos hommages et notre estime”».Que se soit au nord ou au sud, l'attention accordée aux questions économiques et sociales et donc de développement pur et dur, est un élément important. En effet, au cours de ces dernières années, la priorité allait à la reconstruction politique avec le gouvernement d'alternance, la réorganisation interne des partis, l'attention aux droits de l'homme… Le Maroc économique et social a marqué le pas, et même en a souffert. C'est donc la troisième fois en moins de trois mois que le Souverain consacre le coeur de son discours aux questions économiques, qu'il faut remettre à l'ordre du jour. Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc