×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Discours royal: La conscience interpellée

Par L'Economiste | Edition N°:2344 Le 22/08/2006 | Partager

. Un appel direct à l’action constructive, audacieuse et désintéressée. La disposition naturelle des anciens au sacrifice, donnée en exemple. Un moment «d’affûtage des volontés et de mobilisation des énergies»C’est un appel à la conscience des Marocains que lance le Souverain à travers le discours du 20 août. «La grandeur de la patrie est l’affaire de tous», souligne S.M. Mohammed VI. De fait, «tous les citoyens» sont exhortés à «participer à l’édification du Maroc moderne». L’approche, pour le moins didactique, du Souverain qui rappelle la propension naturelle des Marocains d’hier au sacrifice pour le bien et la gloire de la patrie, ne fait que souligner le besoin aujourd’hui impérieux en initiatives porteuses, en créativité et en imagination. Le «chantier Maroc» ne saurait se faire sans l’implication des Marocains. C’est en clair ce que souligne le discours Royal. Bannir l’esprit défaitiste, démissionnaire et dépendant. C’est, en fait, le défi que doivent s’imposer tous ceux qui aspirent à un statut citoyen. La citoyenneté implique des droits, mais elle exige également des devoirs. Elle est pleine et entière lorsqu’elle se fonde sur les valeurs de l’engagement désintéressé et de la «participation positive». Elle est efficace lorsqu’elle cultive la notion du travail, du sérieux et du partage. La citoyenneté s’exerce au sein de la collectivité et non de façon individuelle, encore moins individualiste.L’interpellation du Souverain sur le «sens concret et authentique» du patriotisme est également à souligner. S.M. Mohammed VI parle clairement de «transcender la conception mercantile, qu’il assimile à un troc abusif où l’on ne consent à donner que pour être grassement rétribué en retour». Le patriotisme ne pourrait être objet de chantage. C’est immoral, inacceptable, intolérable. 350.000 Marocains avaient répondu spontanément, en 1975, à l’appel de la nation. Ils ont marché pendant des jours et des nuits pour planter le drapeau marocain dans la ville de Laâyoune et signifier leur attachement à cette parcelle du Maroc. Aujourd’hui, la majorité d’entre eux vit dans l’oubli, mais avec le sentiment du devoir accompli. C’est une belle expression du patriotisme.La confiance est, par ailleurs, ressuscitée dans le discours royal. «…une confiance légitimement fondée, qui n’a rien de gratuit, ni de prétentieux, une confiance positive et imaginative, issue de notre foi dans les capacités de notre pays, dans le génie de ses enfants et dans notre patrimoine civilisationnel séculaire», souligne le Souverain. Le projet du Maroc moderne est viable. A condition, toutefois, qu’il constitue la préoccupation de tous. Les bases ont été lancées avec les succès connus, même si le chemin reste encore long à parcourir. Mobiliser les énergies: c’est l’objet de ce discours du 20 août. Le Souverain le veut «un moment fort d’affûtage des volontés». Les volontés positives et créatives. Celles dont le Maroc a besoin aujourd’hui pour achever son projet de développement. Sérieux, imagination, ardeur au travail, engagement responsable, action assidue, résolue, productive et imaginative, création et innovation. Tous ces termes sont puisés dans le discours du 20 août, commémorant le 53e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple et célébrant à la fois la fête de la Jeunesse. Ils sont révélateurs de l’esprit qui anime un Souverain ayant choisi le terrain de l’action pour «réaliser le développement global et permettre à tous les Marocains d’exercer leur citoyenneté dans la dignité». Pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris, le Souverain rappelle que son action sur le terrain, notamment par le lancement et le suivi de projets de développement, sert d’exemple pour les Marocains. Elle se veut une source d’incitation et d’émulation. C’est au Marocain et à sa jeunesse, à laquelle le Souverain adresse un message particulier, de «maintenir le cap» pour la construction du Maroc moderne. L’INDH (Initiative nationale de développement humain) est le projet adéquat pour le déploiement des énergies et l’exercice des bonnes volontés.Khadija RIDOUANE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc