×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Dialogue social: La reprise prévue pour la fin de cette semaine

Par L'Economiste | Edition N°:519 Le 01/06/1999 | Partager

· Tenue de la réunion de la Commission tripartite sur demande de la CDT

· L'UGTM se retire, pour l'instant, de la table des négociations


LE statu quo sur le dialogue social prend fin. C'est du moins ce que révèle un courrier adressé le 28 mai dernier par le porte-parole du gouvernement, M. Khalid Alioua, au secrétaire général de la CDT, M. Noubir El Amaoui. La réunion de la Commission tripartite est donc prévue pour la fin de cette semaine (les 5 ou 6 juin prochains, selon la CDT). Cette reprise du dialogue social intervient sur demande de la CDT. Une lettre, en date du 24 mai, a été en effet envoyée par le secrétaire général de la CDT au Premier ministre, M. Aderrahman Youssoufi. Dans ce courrier, M. El Amaoui demande "la tenue d'une réunion des parties concernée par le dialogue social afin d'examiner les différentes revendications". Auparavant, la CDT avait tenté de relancer "de manière informelle le gouvernement sur la reprise du dialogue", précise M. Abdelmajid Bouzoubaâ, premier adjoint du secrétaire général de la CDT.
Interpellé de manière officielle, le gouvernement indique "qu'il est déterminé à poursuivre le dialogue avec tous les partenaires sociaux et ce, sur la base d'un traitement positif". L'équipe au pouvoir compte convoquer les différentes Commissions, issues de l'accord du 1er août, pour tenir des réunions afin de régler les dossiers en suspens. Il s'agit notamment de la commission chargée de la promotion interne, et celle chargée du suivi des grands litiges en suspens. Une rencontre spéciale pour régler le différend dans le secteur des télécommunications est également prévue.
Point important, la réunion de la Commission tripartite du dialogue social se déroulera en présence uniquement de la CDT. L'UGTM suit l'exemple de l'UMT et se retire "pour l'instant" de la table des négociations, décision prise le 5 mai dernier par le Bureau exécutif de la Centrale.

Selon M. Abderrazak Afilal, secrétaire général de l'UGTM, "ce désistement est dû notamment au peu d'intérêt accordé aux doléances de la classe ouvrière". Mais ce n'est apparemment pas l'unique raison du revirement de cette centrale. Le choix de la CDT pour représenter le Maroc à l'assemblée annuelle de l'Organisation Internationale du Travail(1) (OIT), y est pour quelque chose. "Cette représentation s'effectue à tour de rôle. Et cette année, c'est l'UGTM qui devait normalement représenter le Maroc. D'ailleurs, l'UGTM a déposé une plainte, vendredi dernier, auprès de l'OIT", souligne M. Afilal.
Pour sa part, la CDT considère que "cette alternance syndicale a lieu uniquement durant les années ordinaires. En revanche, au cours des années où les élections du Conseil d'Administration du Bureau International du Travail ont lieu, c'est le syndicat le plus représentatif qui participe aux assises".

(1) L'assemblée annuelle de l'OIT commence aujourd'hui et se termine le 17 juin prochain.


Chronologie


· Le 16 avril: Le gouvernement réitère son engagement à poursuivre l'accord du 1er août 1996. Une Commission de suivi du dialogue social est constituée. Celle-ci se chargera d'établir le planning de travail des partenaires sociaux aux niveaux national et sectoriel. A l'issue de cette réunion, la déclaration du 1er Moharram est rendue publique, dans laquelle le gouvernement a annoncé 16 commandements.
· Le 22 avril: La Commission de suivi du dialogue social se réunit. Aucune déclaration n'a filtré, puisque les syndicats (à l'exception de l'UMT) et le gouvernement ont décidé d'établir un communiqué commun qui, jusqu'à présent, n'a pas encore vu le jour.
· Le 1er mai: L'UMT explique officiellement son boycott du dialogue social. Pour sa part, la CDT monte le ton et accorde un délai de 15 jours au gouvernement pour satisfaire ses revendications.

Khadija MASMOUDI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc