×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Dialogue interpalestinien: Abbas fixe un ultimatum au Hamas

Par L'Economiste | Edition N°:2908 Le 25/11/2008 | Partager

. Il menace de convoquer des élections générales LE président palestinien Mahmoud Abbas a fixé hier un ultimatum à ses rivaux du Hamas pour accepter un dialogue de réconciliation d’ici la fin de l’année, faute de quoi il convoquera des élections générales. «Nous répétons aujourd’hui que nous allons accorder un délai jusqu’à la fin de l’année pour le lancement d’un dialogue national. Si notre appel devait rester vain, nous allons convoquer de nouvelles élections présidentielle et législatives à la proportionnelle intégrale», a déclaré Abbas, à l’occasion de sa désignation comme «président de l’Etat de la Palestine» par une instance clef de l’OLP. Un dialogue de réconciliation entre le Fatah et le Hamas devait se tenir au Caire le 10 novembre mais a été annulé après la décision du mouvement islamiste de le boycotter pour protester contre les «détentions politiques» de ses membres en Cisjordanie. Le président de l’Autorité palestinienne a accusé dans son discours le Hamas d’«user de faux prétextes pour entraver le dialogue et s’en dérober». Le Conseil central de l’OLP (CCOLP), réuni à Ramallah en Cisjordanie, a élu dimanche dernier Abbas, dont le maintien à la tête de l’Autorité palestinienne après le 8 janvier est contesté par le Hamas, «président de l’Etat de Palestine». Le vote du CCOLP est survenu peu après que Abbas eut annoncé son intention de convoquer des élections générales au début de l’année prochaine faute d’un accord de réconciliation d’ici là avec le Hamas. Le Hamas, qui contrôle le Parlement de l’Autorité palestinienne dont le mandat expire en janvier 2010, a rejeté la tenue d’un tel scrutin. La proportionnelle intégrale, instaurée par une loi entérinée par Abbas en septembre 2007, permettrait en théorie de contourner la difficulté d’organiser des élections législatives à Gaza en raison de l’opposition du Hamas. Les différents partis présenteront ainsi des listes au niveau national et non pas par circonscription.J. K.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc