×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Développement humain
    Le HCP conteste les critères du Pnud

    Par L'Economiste | Edition N°:3125 Le 09/10/2009 | Partager

    . Une consultation engagée pour améliorer l’indicateur . Classifier les pays par groupes homogènesAHMED Lahlimi est proactif. Le Haut commissaire au plan a saisi l’opportunité du déplacement à Rabat de Mme Alisson Kennedy, directrice du département statistiques du bureau du rapport mondial sur le développement humain à New York, pour lui rappeler les limites de l’indicateur de développement humain (IDH). Plusieurs pays ont réclamé une révision de ce système. Le Maroc, classé 130e, en fait partie. Il a perdu 4 places. En effet, l’IDH ne reflète pas les efforts entrepris par le Maroc dans plusieurs domaines, particulièrement après le lancement de l’INDH et les montants colossaux dépensés.Sur ce chapitre, le Pnud affiche une volonté d’ouvrir le débat pour voir comment améliorer cet indicateur en tenant compte des propositions marocaines et celles d’autres pays. D’ailleurs, une grande réunion sur le développement humain aura lieu au Maroc au printemps prochain. Elle devra aboutir à la formulation de propositions visant l’amélioration du système actuel. Pour alimenter sérieusement les propositions, Lahlimi compte ouvrir un site pour canaliser le débat sur ces questions. Pour l’heure, les trois critères sont: le revenu par tête d’habitant, le niveau d’instruction et l’espérance de vie moyenne.Alisson Kennedy abonde dans le même sens. Le changement se fera pour le rapport de 2010. Celui de cette année, tourné sur la problématique de la migration et son impact sur le développement, est déjà prêt. La réflexion a démarré avec les consultations des experts dans différentes régions, à l’exception des pays arabes. «Nous pouvons le faire avec le Maroc comme pays hôte. Nous allons supprimer certains critères, en ajouter d’autres. La démocratisation, l’environnement, les femmes face aux inégalités… autant de dimensions importantes dans le développement humain. Pour le critère d’alphabétisation, nous devrons peut-être ne conserver que celle des jeunes par exemple», dit Alisson Kennedy. Pour elle, la manière de présenter les résultats est également importante. Elle propose d’adopter un classement qui permet d’évaluer les progrès accomplis par un pays. Lahlimi propose de classer les pays selon des groupes dont les niveaux sont proches. Il ne comprend pas comment on peut comparer la Norvège et le Mali. Par la même occasion, il remet en cause le PIB par habitant, «un critère qui n’est pas très expressif de la réalité de développement dans un pays. Ce concept n’est pas opérationnel particulièrement au niveau de la répartition sociale de la richesse». Il le fait aussi pour l’espérance de vie et pour l’alphabétisation. M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc