×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Développement économique du bipôle Fès-Meknès
    «La liaison avec Tanger-Med vivement sollicitée»
    Entretien avec Abdelaziz Sekkat, président de la CGEM de Fès

    Par L'Economiste | Edition N°:2569 Le 13/07/2007 | Partager

    Que faut-il pour relancer l’économie au niveau du bipôle Fès-Meknès? Abdelaziz Sekkat, président de l’Union régionale de la CGEM et notaire, milite notamment pour l’inscription du projet de liaison entre Fès-Meknès et Tanger-Med dans le schéma national des autoroutes. Il l’a d’ailleurs demandé ouvertement au ministre des Finances et de la Privatisation, Fathallah Oualalou, qui animait dernièrement à Meknès, une conférence sur «les économies de région dans le Maroc de demain». Pour Sekkat, les entrepreneurs doivent maintenir la pression sur les décideurs pour que l’autoroute Fès-Meknès-Tétouan soit programmée et réalisée dans les meilleurs délais possibles. . L’Economiste: Comment se positionne l’économie de la région?- Abdelaziz Sekkat: A la suprématie économique de l’axe Kénitra-Jorf-Lasfar s’ajoute l’émergence de nouveaux espaces géographiques régionaux en l’occurrence Tanger-Med et le port de la ville de Nador dans l’Oriental. Soulignons que l’évolution économique actuelle est marquée essentiellement par l’ouverture progressive des frontières, la mise en application des accords de libre-échange, le renforcement de l’axe Atlantique et sa continuation vers Marrakech et Agadir. Ce qui pourrait être défavorable au Saïss, région caractérisée par les conséquences économiques d’un exode rural, et structurelles telles que le chômage … La marginalisation de cette région perpétuera son statut de périphérie secondaire du pôle de croissance Casablanca-Rabat. A cela s’ajoute la dépendance industrielle de l’aire métropolitaine Fès-Meknès du port de Casablanca. Cette dépendance grève notamment les coûts de transports et de gestion de ses entreprises. Ce qui affecte gravement la position concurrentielle de cette région relativement au volume des investissements et à la performance de ses entreprises. . Que doit-on faire pour encourager les investissements à Fès et Meknès? - Ces deux villes devraient bénéficier des avantages qu’offrent Casablanca et Tanger. L’effort doit porter également sur la création ou la localisation des filières qui mettent en association les investisseurs privés et publics (formation, recherche, conception de produits nouveaux, contrôle de qualité, labellisation, etc.)Association qui doit contribuer, en principe, à rendre les secteurs plus autonomes et plus performants par rapport tant à la concurrence tant nationale qu’internationale. Parmi les perspectives favorables à l’intégration économique de ce bipôle, on peut noter la priorité et l’opportunité de l’inscription du projet de liaison entre Fès-Meknès et le port de Tanger dans le schéma national des autoroutes.Ce projet intéresse l’ensemble des acteurs économiques de l’aire métropolitaine et toutes les autorités politiques. En soulignant que la réalisation du réseau du transport relève de la responsabilité de l’Etat. Notre rôle est de maintenir la pression sur les décideurs pour que cette liaison soit programmée et réalisée dans les meilleurs délais possibles. . La liaison avec Tanger-Med est vivement sollicitée…  - Effectivement. C’est une ouverture sur la Méditeranée. Pour les investisseurs et pour les entreprises, cette autoroute répond à un besoin de prévisibilité des changements et des moyens à mettre en œuvre pour accompagner les ajustements qui en découlent sur le développement économique des régions dans une économie en mutation constante. Pour l’entreprise, ce besoin concerne le volume des investissements que leur qualité quant aux méthodes de la corporate gouvernance, du management auxquels s’ajoutent la nécessité de l’intégration technologique favorisant le passage des méthodes traditionnelles vers la performance. A ce titre, la signature tout récemment [ndlr: le 14 juin 2007] de la convention cadre pour le lancement de FèsShore est un premier pas qui favorisera certainement l’investissement dans le Saïss.      Propos recueillis par Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc