×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Deuxième licence GSM: Des packages TTC pour les offres

Par L'Economiste | Edition N°:528 Le 14/06/1999 | Partager

· La TVA s'interpose dans le calendrier
· La taxe va majorer de 20% les propositions financières
· Le dépôt des offres reporté au 22 juin


La date de la remise des offres pour la deuxième licence GSM a été reportée au mardi 22 juin. Fixée initialement aujourd'hui (15 juin) à 18 heures, elle vient d'être rallongée d'une semaine.
A l'origine, une précision de dernière minute exigeant que les propositions financières des offres de différents candidats soient exprimées toutes taxes comprises (TTC), c'est-à-dire qu'elles intègrent la TVA (20% en sus). En clair, cela implique une majoration du prix de 20% par rapport aux projections initiales. Cette taxe sera certes récupérable au fur et à mesure de l'exploitation du réseau, mais il n'en demeure pas moins que ce "détail" qui a étonné plus d'un porte sur plusieurs millions de Dollars à débourser de suite. Et donc, un plan de trésorerie à revoir. D'où un délai supplémentaire d'une semaine accordée aux candidats pour corriger leurs copies.
Ce changement de dernière minute fait un tout petit peu désordre. La précision aurait dû être clarifiée dès le départ, d'autant plus que les différents départements ministériels avaient multiplié les réunions de concertation avant la confection du cahier des charges. De plus, l'ANRT (Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications) s'est fait conseiller par un consultant de renommée internationale.
Ce n'est que le vendredi 11 que les consortiums-candidats ont reçu la notification les informant de cette nouvelle disposition. Certains ont aussitôt réuni leur état-major. "C'est une nouvelle règle de jeu qu'il faut prendre en considération", commente sobrement un opérateur. "Il faut", dit-il, "s'adapter aux réalités du pays".
C'est un nouveau raté à l'actif de l'ANRT, même s'il ne faudrait pas occulter le pressing des Finances. Dans cette opération, l'organe régulateur, qui a affirmé dès sa création mettre la communication en avant, s'est distingué par plusieurs loupés. Lors du lancement de l'appel d'offres, l'ANRT a mis une clause de confidentialité qui n'en était pas une. L'Agence s'est juste contentée de souligner que l'information ne concernait que les opérateurs. De toute évidence, le régulateur n'a pas encore compris que la deuxième licence GSM ne concerne pas uniquement les opérateurs candidats mais aussi l'ensemble des opérateurs économiques et même des contribuables futurs clients.

Abashi SHAMAMBA


Les candidats en lice


Badil'Com: Conduit par France Télécom, ce consortium est composé de l'équipementier américain Motorola, du groupe Ferrovial (Espagne) et, côté marocain, de Wafabank.
Orange Communications Maroc SA: Le tour de table de ce groupement, dont le chef de file est le groupe britannique Orange, comprend le Saoudien Samar Telecommunications et, pour son encrage marocain, la SNI.
CGSAT-Vivendi: Le groupe français Vivendi assure le pilotage du consortium aux côtés de ses partenaires, l'opérateur américain SBC. Sur le plan local, ses associés sont: la BMCI, MENA Finance, la Somed et la Banque Populaire.
Vodafone: Pour se présenter à cette course, l'opérateur anglais est associé à la banque d'affaires Goldam Sachs. Ses alliés marocains sont la société Africphone et l'homme d'affaires Miloud Chaâbi.
Telecom Italia Mobile: Rien n'a filtré sur la composition du consortium de la filiale de Telecom Italia.
Telefonica: L'opérateur espagnol est le chef de file d'un groupement composé de Portugal Telecom, de BMCE-Bank et du groupe Afriquia.
· GTE/Bell Atlantic: Les partenaires de ce consortium ne sont pas à ce jour officiellement rendus publics. Mais les noms de l'assureur Sanad du groupe Zniber sont souvent cités.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc