×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Deutsche Börse ne lâche pas prise

    Par L'Economiste | Edition N°:2295 Le 12/06/2006 | Partager

    . Elle projette de relever son offre pour fusionner avec Euronext. La Bourse de Francfort va externaliser Clearstream L’opérateur boursier allemand Deutsche Börse veut relever son offre sur son concurrent paneuropéen Euronext. Mais il songe aussi à externaliser sa filiale luxembourgeoise Clearstream. Le but étant d’imposer son projet de fusion avec la Bourse paneuropéenne. Le président du directoire de Deutsche Börse, Reto Francioni, aurait proposé d’améliorer la composante en liquide de son offre lors de négociations intensives avec les actionnaires d’Euronext. Le groupe allemand offre pour l’instant environ 8,6 milliards d’euros pour Euronext en numéraire et en actions, dont seulement 870 millions d’euros en cash. Deutsche Börse envisagerait par ailleurs de faire de sa filiale de règlement/compensation Clearstream une entité juridique indépendante. La structure dite «en silo» de la Bourse de Francfort, devrait assurer dans la même entité des opérations de marché classiques et des services comme le règlement/compensation. Euronext demeure, quant à elle, l’une des principales pierres d’achoppement pour un rapprochement. En externalisant Clearstream, Deutsche Börse aurait par ailleurs la possibilité de financer le relèvement de son offre par l’ouverture de nouvelles lignes de crédit sans mettre en péril les notes de solvabilité financières de sa filiale, qui assure une bonne partie de ses bénéfices. L’Allemand lutte depuis plusieurs semaines avec le New York Stock Exchange (Nyse) pour le contrôle d’Euronext. L’opérateur paneuropéen a repoussé jusqu’à présent les avances du groupe allemand et signé la semaine dernière un accord préalable de fusion avec le groupe américain. Les fiançailles de ces derniers devraient se concrétiser d’ici 6 mois. Ils s’étaient entendus sur les termes de leur fusion pour un montant d’environ 10 milliards de dollars. Ils formeront une nouvelle entité appelée Nyse Euronext. En prenant le contrôle d’Euronext, qui regroupe les places de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne, le Nyse va étendre la puissance de Wall Street au continent européen et créer un véritable marché financier transatlantique.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc