×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Dette privée: CFG émet 25 millions de DH en billets de trésorerie

Par L'Economiste | Edition N°:949 Le 02/02/2001 | Partager

. Deuxième opération du genre pour l'entreprise après celle de décembre 1999. Le taux nominal qui ressort à 7,9% recèle une prime de risque de 150 points de base par rapport aux titres de l'EtatAu moment où le marché de la dette privée connaît un assoupissement, Casablanca Finance Group (CFG) lance et réussit son deuxième appel public à l'épargne. L'objectif de cette émission est de diversifier les sources de financement de l'entreprise et s'endetter à un taux inférieur au crédit bancaire. D'un montant de 25 millions de DH, l'offre a été entièrement souscrite. La répartition par type de souscripteur démontre une prédominance des assurances (90%) suivies des OPCVM (10%).D'une maturité d'un an (52 semaines), les billets de trésorerie (BT) ressortent avec un taux de 7,9%. Dans un contexte où les taux sont appelés à baisser sur le marché primaire des bons du Trésor (essentiellement encaissement du chèque Vivendi), le taux recèle une prime de 150 points de base. Actuellement, le taux des titres de l'Etat de la même maturité (52 semaines) tourne autour de 6,2%.“Ceci est le résultat de l'augmentation des taux des bons du Trésor uniquement, puisque la prime de risque de CFI est restée inchangée par rapport à la première opération lancée en décembre1999”, est-il expliqué.L'émetteur reconnaît que les conditions actuelles restent relativement défavorables sur le marché obligataire, du moins comparativement à la première sortie. L'émission qui répondait plus à un souci de sonder le marché ressortait en effet avec un taux nominal de 6,25%. Ce qu'il faut retenir, c'est que l'opération actuelle s'effectue aux conditions de marché dans le cadre d'un planning préétabli. “Les conditions de taux et de liquidité étant volatiles, il est très difficile d'optimiser en permanence le taux de sortie”, est-il souligné.A noter qu'en l'absence de rating, la fourchette de taux prend en compte, comme cela se fait pour ce type d'opérations ici ou ailleurs, plusieurs éléments dont notamment l'appréciation du risque lié à l'émetteur et l'évolution du marché (contexte des taux).Encore une fois, aucun OPCVM géré par la filiale du groupe Casablanca Finance Group, spécialisée dans la gestion de fonds d'investissement, n'a été autorisé à souscrire et ce, «pour des raisons de déontologie«, est-il avancé. Yousra MAHFOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc