×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Dette extérieur: La tranche italienne consommée à moitié

Par L'Economiste | Edition N°:1139 Le 08/11/2001 | Partager

. Elle concerne exclusivement des investissements publicsPour la conversion de la dette, l'Italie a opté pour l'investissement public. C'est plus cerné, plus maîtrisable et facile à contrôler. Le principe est simple: réalisez vos projets d'abord, j'efface votre dette ensuite. Le montant à convertir est égal à celui des paiements pour les achats de biens et services effectués par le gouvernement marocain pour la réalisation des projets retenus. L'effacement de la dette n'intervient qu'après vérification des dépenses par le Comité technique de gestion. Les négociations avec l'Italie ont démarré en 1999. L'accord conclu à Rome en avril 2000 porte sur l'annulation de l'équivalent, en valeur actualisée, de 100 millions de dollars (près de 1,1 milliard de DH) contre la réalisation de projets de développement socio-économique et la protection de l'environnement. Avec cette procédure, l'Italie assure une complémentarité avec les projets financés dans le cadre de la coopération au développement qui a déjà porté sur 32 projets pour un montant global d'environ 1,4 milliard de DH. A noter que la dette du Maroc envers l'Italie est estimée à 540 millions de dollars, soit un peu plus de 3% de la dette extérieure. Ce type de Swaps ne fait pas l'unanimité. La conversion de la dette en investissements publics pèche en effet par sa lourdeur. Les moindres décisions doivent passer par le fameux comité technique, la Loi de Finances, le budget... Un autre reproche revient souvent dans la bouche: la formule ne permet pas de créer des projets productifs et créateurs d'emplois, ce dont le pays a le plus besoin. Une première expérience avait déjà été entreprise avec la France en 1996. Elle a porté sur 400 millions de DH en faveur de programmes d'investissement dans les Provinces du Nord, mais a été jugée sans grande portée.En tout cas, les Italiens se disent satisfaits de leur expérience et affirment même qu'elle intéresse d'autres partenaires européens. Ils présentent également comme point fort de l'accord le fait que les projets financés par la conversion de la dette sont déjà inscrits dans le budget de l'Etat. «La contribution italienne permet ainsi de libérer des ressources«, est-il indiqué.Il aura fallu près d'un an et demi pour que soient consommés les 550 millions de DH, soit plus de la moitié de la tranche. Pour cette première étape, la sélection a surtout porté sur des projets en phase d'exécution.


Les projets éligibles

Les programmes éligibles pour des opérations de conversion doivent porter sur les secteurs prioritaires de développement socio-économique et/ou de protection de l'environnement. Ils sont sélectionnés par le comité technique de gestion relevant de documents fournis par la partie marocaine. Les projets peuvent être identifiés parmi ceux qui sont en cours d'exécution ou à programmer dans de prochains exercices budgétaires.Au total, ce sont huit programmes qui ont été jusque-là sélectionnés et arrêtés par le Comité de gestion mixte italo-marocain: le PAGER (Programme d'approvisionnement en eau potable des populations rurales), le PNRR (Programme National de Routes Rurales), le PGRE (Programme de Gestion de Ressources en Eau), le programme de mise en valeur des périmètres du bour (dépierrage, construction et revêtement de saguias...), l'approvisionnement en eau potable des populations rurales (petite et moyenne hydrauliques), construction de collèges, d'écoles ainsi que des projets de santé. Plusieurs régions défavorisées ont pu en bénéficier. Il s'agit de Chaouia-Ouadrigha, Doukkala-Abda, Fès-Boulemane, Gharb-Chrarda-Beni Hssen, l'Oriental, Tanger-Tétouan et Taza-Al Houceïma-Taounate.Hanaâ FOULANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc