×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Détournement Wafa-Nador: Les victimes veulent politiser l'affaire

Par L'Economiste | Edition N°:951 Le 06/02/2001 | Partager

. Réunies devant le siège de Wafabank depuis hier, elles accusent «la banque de ne pas vouloir trouver de solution«Plus d'une trentaine de personnes, venues de Nador, se sont donné rendez-vous devant l'entrée de l'immeuble abritant le siège de Wafabank, hier, à sept heures du matin. Elles se présentent comme des victimes du détournement bancaire qui a touché l'agence Ibn Tachfine de la ville de Nador, au début de l'année. C'est exactement le 2 janvier que l'affaire a éclaté, quand le caissier, principal mis en cause dans l'affaire, a filé à l'anglaise emportant, selon Wafabank, entre 40 et 50 millions de DH. Parmi les protestataires qui ont effectué le déplacement à Casablanca, on trouve surtout des sexagénaires et des septuagénaires. C'est la moyenne d'âge de la majorité des victimes. Leur point commun: une confiance aveugle envers leur banquier. Regroupés depuis sept heures du matin, sous l'oeil débonnaire d'une poignée de policiers, les victimes n'ont été reçues par aucun responsable de la banque pendant toute la matinée. Les deux portes d'accès du bâtiment ont été fermées de l'intérieur. Pratiquement, personne n'avait le droit d'entrer. Bloqués à l'extérieur, d'autres clients n'ayant rien à voir avec l'affaire de Nador ont commencé à s'impatienter. C'est vers la fin de la matinée que les esprits ont réellement commencé à s'échauffer. Les Nadoris ont profité de la sortie des employés à midi pour tenter de pénétrer de force à l'intérieur du siège. La tentative a échoué, mais les victimes seront reçues une par une. A rappeler que le vendredi 2 février, Wafabank aurait envoyé une commission à Nador avec plusieurs propositions, qui auraient été rejetées en bloc par les victimes. Selon ces dernières, il était question de signer un papier n'engageant que la responsabilité du caissier. C'est le même schéma que l'affaire de la BCM. De plus, concernant les comptes sur carnet, Wafabank ne serait pas prête à rembourser plus de 150.000 DH (plafond réglementaire), alors que certains affirment avoir plus de 300.000 DH dans leur compte sur carnet. Il n'est pas exclu que le caissier ait «encaissé» de l'argent qu'il n'aurait pas inscrit dans les livres de la banque. Après les discussions avec les responsables de la banque, les protestataires sont sortis déçus. «Nous avons droit au même discours depuis des semaines«, estime une des victimes. Celles-ci ont même eu l'intention de passer la nuit devant la banque (ou même à l'intérieur) afin «de politiser leur affaire«.oAbdelmohsin EL HASSOUNI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc