×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Détournement à l'ex-DOTI: La Cour Spéciale rend son verdict

    Par L'Economiste | Edition N°:818 Le 26/07/2000 | Partager

    • Elle a condamné les deux fonctionnaires de la Direction à 6 ans de prison ferme et leur complice externe à 12 ans• Les fraudeurs ont détourné près d'un million de DHLA Cour Spéciale de Justice vient de rendre son jugement sur l'affaire du détournement de fonds à la Direction de la Rémunération et Paiement des Pensions (DRPP), connue sous le nom générique de la DOTI. Les deux fonctionnaires de cette direction, accusés d'avoir détourné des salaires d'ex-enseignants, ont été condamnés à 6 ans de prison ferme. Il s'agit de MM. Mohamed Ben Chebba et Saïd Zar-kane.Leur complice externe, M.Abdelkader Oulad Lahrour, a écopé de 12 ans de prison ferme. Le jugement a été prononcé par contumace, M. Oulad Lahrour étant toujours en fuite.Trois chefs d'accusation ont été retenus contre eux: détournement de deniers publics, faux et usage de faux et complicité. Les deux fonctionnaires sont actuellement incarcérés dans la prison de Salé. La Cour a également sommé les condamnés à rembourser l'argent détourné, soit un peu plus d' 1 million de DH. Ce montant peut paraître dérisoire au regard des sommes mobilisées par cette direction (37 milliards de DH par an).Le feuilleton de l'affaire a commencé en septembre 1998 lorsqu'un ex-enseignant s'est présenté à la DRPP pour obtenir son certificat de cessation de paiement. Cet enseignant avait été radié de la fonction publique au milieu des années 80. Il voulait reconstituer son dossier de retraite.Combien fut grande sa surprise en découvrant que son nom était toujours inscrit sur la liste des enseignants en exercice! Plus, il a été promu en 1996 en tant que professeur de second cycle. Bien évidemment, il n'en savait rien. Révoqué, il ne touchait plus de salaire. Une enquête judiciaire a été ouverte le même mois pour découvrir où allait l'argent de cet emploi fictif. Elle a duré près de quatre mois. Les résultats ont été surprenants. Les enquêteurs sont tombés sur trois autres cas de détournement similaires. A chaque fois, les escrocs profitaient du départ de fonctionnaires ou de leur décès pour utiliser leurs noms et continuer à percevoir leurs salaires.Ces personnes ont quitté la fonction publique depuis le début des années 80. Mais l'arnaque n'a commencé qu'en 1995. Les fraudeurs ont donc attendu une dizaine d'années avant d'utiliser l'identité de ces fonctionnaires. Vraisemblablement, ils voulaient s'assurer que leurs «proies« ne reprendraient pas leurs fonctions et ne réclameraient pas de pièces justificatives. Le 19 janvier 1999, le dossier a atterri devant la Cour Spéciale de Justice. L'instruction judiciaire prendra plus d'un an. N.L.


    37 milliards de DH gérés par la DRPPLA DRPP, créée en 1949, portait le nom du SOM (Service d'Ordonnancement Mécanographique). En 1978, elle devient DOTI (Direction des Opérations et du Traitement Informatique), avant de changer en DRPP en 1993.Actuellement, elle emploie 480 personnes, dont 77 cadres. La DRPP assure la paie de près de 650.000 fonctionnaires et octroie près de 330.000 pensions.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc