×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Des voyages pleins d'esprit

Par L'Economiste | Edition N°:418 Le 08/01/1999 | Partager

Le monde se rétrécira. Les hommes se déplaceront encore plus vite, et à défaut il feront des voyages virtuels instantanés.


Vous avez besoin d'organiser une conférence à New York, mais n'arrivez pas à rassembler tout le monde? Pas de problème, déclare Thomas A. Furness III, expert en "déplacements d'esprit". Directeur du Laboratoire HIT (technologie de l'interface humaine) à Seattle, Furness s'est aventuré en territoire inconnu avec son "Visual Retinal Display" (affichage rétinien visuel), un appareil qui "peint" une image directement sur la rétine de l'utilisateur. L'appareil dirige un minuscule point lumineux sur l'oeil de l'observateur, qui a l'impression de voir l'image à 50 cm, comme sur un écran vidéo standard.
"Le VRD est une véritable révolution technologique, affirme Furness. Nous n'avons plus besoin de nous déplacer physiquement ; nous pouvons voyager électroniquement, être présents par l'intellect et non plus par le corps". Son but n'est rien moins que d' "ouvrir et relier les cerveaux humains". Le Laboratoire HIT a déjà plusieurs projets en cours. Surnommé le père fondateur de la réalité virtuelle, Furness se montre particulièrement enthousiaste au sujet du projet intitulé "Green Space" (espace vert), qu'il décrit comme "un système de transport des sens". Application spectaculaire du projet, son laboratoire a récemment créé une aire de jeu virtuelle: des enfants de Seattle et de Taiwan ont ainsi pu jouer ensemble dans un environnement virtuel.
Les éventuelles applications sont nombreuses: elles pourraient toucher à l'enseignement, au traitement de la douleur et, pourquoi pas, aider les aveugles à retrouver la vue. A côté des voyages virtuels, les voyages physiques sont aussi l'objet de recherches.

Les idées les plus simples sont souvent les meilleures. Si l'on ne peut pas franchir les Alpes par en haut, eh bien, franchissons-les par en dessous, déclare Marcel Jufer, directeur scientifique du Swissmétro. "Genève-Zurich en 57 minutes seulement, au lieu de 3 heures", garantit-il et ce, par le biais d'une liaison interurbaine à grande vitesse. Vingt-quatre ans après la première proposition de l'ingénieur Rodolphe Niethe, le Swissmétro n'attend plus que le feu vert pour que commence la construction d'une section-pilote entre Lausanne et Genève (10 minutes de trajet).
Si tout se passe bien, les premiers trains seront en circulation aux alentours de l'année 2007. Mais il y a d'autres avantages: selon Jufer, l'industrie suisse en déclin a besoin d'un stimulant pour retrouver son esprit pionnier et sa place à la pointe du progrès technologique.
"Seul un grand projet de réunification peut donner une nouvelle vie à notre industrie tout en introduisant des technologies prometteuses".
Le Swissmétro remplit parfaitement les conditions: rapide, sûr et économique, le système de lévitation magnétique est l'aspect le plus innovateur (et aussi le plus exportable, d'après Jufer) de la technologie. Les trains, maintenus à 3 cm environ au-dessus des rails par un système d'électro-aimantation, se balancent sous d'étroits tunnels à basse pression à des vitesses proches de 400 km/h.
Moins de résistance à l'air signifie une consommation énergétique plus faible; en outre, les tunnels n'affecteront en rien la beauté du paysage alpin.
La prochaine idée de Jufer?
Créer un Eurométro, reliant Munich à Lyon et Amsterdam à Milan, et pourquoi pas d'autres villes.

L. D.


Nom: Furness III
Prénom: Thomas A.
Age: 55 ans
Métier: Chercheur, professeur
Pays: Etats-Unis
Fonction: Directeur, Laboratoire HIT (Human Interface Technology), Université de Washington
Url: www.hitl.washington.edu
Ville: Seattle, Washington
Rêve: Aider à résoudre les grands problèmes humains. Au risque de passer pour un naïf, je crois que nous pouvons résoudre un certain nombre de problèmes fondamentaux, tels que la faim, le réchauffement planétaire et la surpopulation, et changer la qualité de la vie.
Nom: Jufer
Prénom: Marcel
Age: 57 ans
Métier: Ingénieur, pro-
fesseur
Pays: Suisse
Fonction: Directeur,
Institut Fédéral suisse
de Technologie de Lausanne et directeur
de la Section Scientifique du Swissmétro
Url: www.eurometro.com
Ville: Lausanne

Rêve: Que le projet du Swissmétro
contribue à l'ouverture de la Suisse,
au sens propre et figuré, au reste de l'Europe.


Babel for ever


Globalisation ne veut pas, forcément, dire uniformisation. Alors qu'on ne cesse d'annoncer la victoire définitive de l'anglais sur le reste du monde, Marcel Locquin, lui, reste serein. "La babélisation n'est pas prête de s'arrêter", affirme calmement cet éminent linguiste. "6.000 langues environ sont actuellement parlées dans le monde, et s'il en disparaît chaque année, il s'en crée tout autant".
C'est d'ailleurs cette diversité qui a poussé ce biophysicien de formation à consacrer sa vie à l'étude du langage: "J'étais stupéfait par le comportement aberrant des informaticiens spécialisés dans la traduction automatique; ils ne s'intéressaient qu'à l'anglais et au russe". Dès lors, il est parti en guerre contre les idées reçues. D'abord en défendant une démarche linguistique résolument transdisciplinaire, à la frontière des mathématiques, de la biologie, de la biochimie et de la physique fondamentale. Lorsqu'avec d'autres homologues audacieux tels l'Américain Merritt Ruhlen, il soutient que les langues dérivent toutes d'une langue mère, une "protolangue", il piste les traces de ce moule commun... en s'inspirant des méthodes paléontologiques pour l'étude des champignons fossiles.
Autre chemin suivi par cet esprit original, l'étude des gazouillis des bébés. "Que les parents parlent japonais, russe, français ou arabe, le babil du bébé va automatiquement passer par les mêmes stades phonétiques, avant de se spécialiser", explique Locquin. Selon lui et toute une école de linguistes, ce langage récapitulerait ainsi en une dizaine de mois les centaines de milliers d'années qui ont été nécessaires à nos ancêtres pour apprendre à parler...
W. Z.


Nom: Locquin
Prénom: Marcel
Age: 75 ans
Métier: Linguiste, biophysicien et mycologue
Pays: France
Fonction: Secrétaire Académie Francophone d'Ingénieurs, Unesco
Url: www.alegria.fr
Ville: Paris
Rêve: Que les murs entre les différentes disciplines scientifiques, sciences dures, sciences humaines... s'écroulent.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc