×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Des rafles antipirates ont démarré à Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:905 Le 29/11/2000 | Partager

. Une prise de 745 CD-Rom a été effectuée chez un as du gravage informatique. Microsoft et Prima Electronics se sont constitués partie civilePAS de repos pour les pirates informatiques. La police criminelle a identifié des ruches de contrefacteurs. A l'origine de cette vague de rafles, une plainte déposée par un éditeur de logiciels installé à Fès. Après enquête, la première brigade criminelle des services de la police judiciaire de la Préfecture de Casablanca a confisqué 745 CD-Rom, dont 53 sont des produits Microsoft et des films en DVD et VHS. Les auteurs de ce délit sont actuellement en liberté provisioire et seront traduits en justice lors d'une séance prévue le 6 décembre prochain. Tout a commencé lorsqu'un bureau d'études et d'informatique juridique s'est aperçu que des copies de ses CD-Rom originaux étaient en vente. La police a été avisée et une enquête lancée. La première destination: le fameux Derb Ghallef à Casablanca. Le commerçant ciblé par la police avait nettoyé les lieux certainement parce qu'il avait été averti à l'avance. Aucun produit piraté n'a été trouvé dans son local. A l'issue de son interrogatoire et d'autres commerçants et personnes, la police débusque un as de l'informatique équipé de graveur et de tout le matériel nécessaire pour assurer le développement de son «commerce«. Comme attendu, le contrefacteur n'était pas fiché chez l'éditeur de CD-Rom. Autrement dit, pas une seule copie en sa possession n'a été achetée légalement. Interrogé par la police, il révèle qu'une de ses clientes est avocate. Cette dernière lui a apporté son ordinateur pour réparation. Il découvre le contenu du CD-Rom juridique sauvegardé sur le disque dur du PC et en profite pour le «piquer«. Depuis, des centaines de copie ont été mises sur le marché.Après l'arrestation de cette personne, les parties lésées ont été invitées par la police à une séance d'identification des objets confisqués. Microsoft y découvre 12 CD-Rom contenant Microsoft Office, 11 Microsoft Visual, 12 de l'Encyclopédie Encarta, 7 Windows, 6 CD-Rom d'autoformation et 5 CD-Rom de produits divers portant la même marque. L'éditeur international a estimé cette prise à 180.000 DH et s'est constitué partie civile. Il n'est pas le seul d'ailleurs. Prima Electronics, distributeur exclusif de CineBank au Maroc, fait partie des plaignants. Ses responsables précisent que le manque à gagner face à la duplication illégale de films soit en CVD, DVD ou en VHS, est de l'ordre de 600.000 DH par mois, soit 7,2 millions de DH par an. «Nous ne parlons pas de l'impact de la piraterie, mais du manque à gagner. En principe, CineBank est là pour diminuer et faire disparaître ce fléau avec des prix de location VHS et DVD défiant la contrefaçon et Derb Ghallef«, précisent les responsables de Prima Electronics. Et d'ajouter qu'en Egypte, une police spéciale préserve les droits de la propriété industrielle et une loi antipiraterie protège les artistes.


Le nouveau texte

La loi protégeant contre le piratage informatique est entrée en vigueur le 18 novembre 2000. Trois articles-phares sont à retenir. Il s'agit de l'article 62 qui concerne les dommages et intérêts. Ces derniers sont évalués par le juge et leur volume correspond en principe au préjudice subit. A retenir également l'article 75 qui fixe l'amende de 200 à 10.000 DH et l'article 577 qui prévoit un emprisonnement de 3 mois à 2 ans à l'encontre de tout pirate.K.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc