×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Des plages privées pour les hôteliers

Par L'Economiste | Edition N°:3373 Le 30/09/2010 | Partager

. Une cinquantaine de concessions octroyées par la commune urbaine . Les hôtels de deuxième et troisième ligne également servis LA plage est l’atout essentiel de la destination Agadir. Les touristes qui viennent dans la ville sont d’abord à la recherche du produit balnéaire. Les hôteliers de la station le savent bien et veulent tous un accès sur la plage. Même ceux qui ne sont pas en front de mer. C’est désormais possible. La commune urbaine a alloué des concessions sur la plage à une cinquantaine d’établissements d’hébergement touristique. Ainsi, même les hôteliers situés en deuxième et troisième ligne par rapport au front de mer peuvent proposer à leurs clients des transats et des parasols dans un endroit qui leur est dédié. Pour les bénéficiaires, la prestation constitue un atout indéniable dans la stratégie de vente. «Reste que les établissements situés pied dans l’eau se trouvent ainsi concurrencés au niveau d’une de leurs forces de vente», indique un professionnel du tourisme. Certains hôteliers du front de mer, qui disent avoir fort investi en misant sur des terrains pied dans l’eau, ne sont pas très contents de cette multiplication de plages privées. Ils sont d’ailleurs très sceptiques sur le résultat de la démarche. La décision du maire, Tariq Kabbage, ne fait donc pas que des heureux. Mais c’est un dossier sur lequel les élus ont longuement travaillé depuis 2007 pour trouver la meilleure formule. Les professionnels ont tout d’abord proposés la mise en place d’une seule concession pour les hôtels en deuxième et troisième ligne qui serait gérée par l’association de l’industrie hôtelière. De manière à avoir un seul interlocuteur. Mais la commune a finalement opté pour l’octroi aux hôteliers demandeurs de plusieurs concessions distinctes. Soit près de 30% environ de la plage. Pour l’heure, le dossier est ficelé et en attente de la validation de la wilaya, précise un professionnel du tourisme. Le dossier des concessions dédiées aux restaurants sur la corniche est aussi très attendu. Selon le maire de la ville, il est en instruction depuis longtemps à l’agence urbaine et les bénéficiaires sont en attente de l’autorisation de construire. Sur le front de mer, ce qui apparaît aujourd’hui être une priorité, c’est de parer à l’érosion qui ronge le site. Le phénomène est particulièrement accentué au sud de la baie. Et par endroit en hiver, au moment de la marée haute, il n’y a plus de plage depuis l’aménagement de la corniche. Selon Tariq Kabbage, une étude a été réalisée à ce sujet pour l’implantation de brise-lames. Et pour cela, il compte sur la contribution du département de l’Equipement.De notre correspondante, Malika ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc