×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Des milliards de dollars pour les énergies renouvelables

    Par L'Economiste | Edition N°:2890 Le 28/10/2008 | Partager

    . Une étude de Greenpeace tire la sonnette d’alarme. La crise financière va passer, la crise climatique nonINVESTIR massivement dans les énergies renouvelables serait une «révolution» non seulement utile pour la lutte contre le réchauffement climatique, mais aussi économiquement rentable alors que la récession menace, selon une étude présentée hier lundi par Greenpeace à Berlin. «Il y a une tendance au sein de l’UE à freiner le débat sur le changement climatique, comme l’Italie et la Pologne qui affirment ne plus avoir d’argent à cause de la crise financière. C’est vraiment penser à court terme», a dénoncé lors d’une conférence de presse Oliver Schäfer, directeur du Conseil européen des énergies renouvelables (EREC), coauteur de l’étude. Plusieurs pays de l’UE ont demandé, en vain pour le moment, le report de l’adoption d’un plan européen de protection du climat prévue les 11 et 12 décembre. «Cette crise financière va passer, la crise climatique non», et «elle touchera le monde avec une gravité incomparable», a résumé Schäfer. Selon l’étude présentée à Berlin par Greenpeace International, un investissement mondial de 9 milliards de milliards de dollars dans les énergies renouvelables permettrait l’émergence d’une industrie très rentable et la réduction des émissions de CO2. D’ici 2030, l’industrie des énergies vertes aurait multiplié son chiffre d’affaires par cinq de 70 à 360 milliards d’euros, et d’ici 2050 elle aurait la taille de l’industrie fossile d’aujourd’hui, selon ce rapport intitulé «Révolution énergétique: une vision d’une énergie mondiale durable». Les auteurs du document ont pressé les politiques du monde entier à profiter de la crise pour «changer de manière de penser» et «poser les bases et le cadre» d’un investissement massif dans ces énergies qui ne souffrent, selon eux, «ni d’une limite de ressources, ni d’une volatilité des prix». La somme à investir est impressionnante, mais il faut mettre dans la balance le fait que d’ici 2030 plus de 18 milliards de milliards de dollars de dépenses en énergies fossiles auraient été économisés dans le seul secteur de l’électricité, a relevé un coauteur du rapport, Sven Teske, de Greenpeace.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc