×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Des mesures pour relancer la Bourse

    Par L'Economiste | Edition N°:2916 Le 05/12/2008 | Partager

    . Programmes de rachats:Réajustement. Compagnies d’assurances: Relèvement du plafond actionsLE ministre des Finances ne pouvait pas rester insensible aux mésaventures de la Bourse de Casablanca sans réagir. Salaheddine Mezouar vient d’annoncer cinq mesures destinées à «dynamiser la Bourse et à renforcer son intégrité et sa transparence». L’une d’elles concerne l’octroi, de manière dérogatoire, aux entreprises la possibilité d’acquérir leurs propres titres dans le cadre du programme de rachat sans fixer de prix minimum. Cette mesure va sans doute permettre d’éviter l’effet soutien de cours ou de contenir les tendances qui peuvent être influencées par la prédominance des transactions de rachat sur un titre (cf. l’interview de Dounia Taârji, DG du CDVM, dans notre édition du 20 novembre)Mezouar a également fait un geste en direction des compagnies d’assurances. Il a décidé de leur octroyer la possibilité de détenir jusqu’à 60% d’actions cotées en représentation de leurs provisions techniques. Aujourd’hui, celles-ci sont plafonnées à 50%. Il est incontestable que cette augmentation permettra à ces investisseurs institutionnels de renforcer leur capacité d’intervention sur le marché boursier. Le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) n’est pas en reste. Le ministre des Finances avait déjà annoncé son intention d’en faire une sorte d’agence indépendante du ministère. Aujourd’hui, il passe à l’acte en tablant sur une refonte de son cadre légal. L’objectif est d’asseoir l’indépendance de ce «gendarme» dans l’exercice de ses prérogatives en matière de contrôle du marché des capitaux.Ce travail institutionnel devrait également s’étendre à la Bourse des valeurs de Casablanca. Mezouar est convaincu de la nécessité d’améliorer sa gouvernance. Les derniers rebondissements ayant abouti au limogeage du directoire de la Bourse confortent le ministre des Finances dans ses choix. C’est ainsi qu’il table sur l’introduction d’une transformation statutaire. L’idée est de revenir à l’ancien schéma avec l’adoption d’une structure de gouvernance plus claire, basée sur une direction générale et un conseil d’administration, note le communiqué.Toujours sur le registre de l’institutionnel, le ministre des Finances veut réviser la loi qui régit la Bourse des valeurs. L’objectif de cette refonte est d’ouvrir le capital de cette institution en vue d’attirer de nouveaux actionnaires. C’est de cette manière qu’on parviendra à favoriser une plus grande implication des principaux opérateurs pour mieux développer la place de Casablanca.Dernière mesure, l’adoption en 2009 d’une vision globale et cohérente en matière de développement de l’épargne. Il s’agira de mettre en place les mesures visant à favoriser l’épargne longue.Mohamed Chaoui

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc