×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Des femmes artistes peintres créent leur association

Par L'Economiste | Edition N°:2560 Le 02/07/2007 | Partager

. Artistes mais aussi «businesswomen». Elles exposent à Agadir jusqu’au 25 juillet LES femmes artistes peintres de la capitale du Souss viennent de créer leur propre association. Baptisée Afaps (Association des femmes artistes peintres du Sud), elle réunit pour le moment plus d’une dizaine de membres. Objectif: promouvoir l’art pictural dans le Souss. La création d’une revue et la tenue d’expositions nationales et internationales sont aussi dans le pipe. C’est d’ailleurs par une exposition au musée municipal de la ville que l’association démarre son activité. Les œuvres de quatre artistes sont exposées depuis le 25 juin. Cette première expo s’échelonne sur un mois.Parmi les peintres, Hayat Saidi Harma, présidente de l’Afaps. Cette dernière n’est pas une novice: elle exprime sa sensibilité dans l’art pictural depuis son plus jeune âge, et a participé à plusieurs expositions depuis 1990. En plus de ses prédispositions pour la peinture et la décoration, Hayat est une femme d’affaires avertie. Membre active de l’Association des femmes entrepreneurs du Maroc, elle n’est pas peu fière de souligner que c’est la reproduction d’une de ses œuvres qui illustre le catalogue de L’Afem. Maha Sefraoui Sentissi, autre artiste, est également une businesswoman confirmée. Opticienne de formation, elle se consacre pleinement à la peinture depuis1996. Son talent avait été révélé lors d’un atelier du peintre Mohamed Sanoussi. Najat Ntifi Erraji, de son côté, est autodidacte. D’un style figuratif, ses tableaux sont une représentation de la vie quotidienne maghrébine, de la culture et des traditions marocaines. Pour sa part, Hind Hajouji Ibn Khayat, préfère le style abstrait. Elle affirme toutefois puiser son inspiration dans le «monde concret». Diplômée de littérature française et stylisme modélisme, elle a d’abord fait ses armes à l’atelier du peintre Sanoussi. Parallèlement à son activité artistique, elle est également très impliquée dans la vie associative. En effet, elle est coordinatrice de la cellule d’Agadir de l’association «Touche pas à mon enfant».Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc