×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Des équipementiers français chez l'Amith

    Par L'Economiste | Edition N°:749 Le 18/04/2000 | Partager

    . L'Association des textiliens souhaite la délocalisation au Maroc de la fabrication des intrants


    L'industrie textile veut faire peau neuve. Il suffit d'assister à l'ouverture du colloque franco-marocain organisé mardi 18 avril à Casablanca pour s'en convaincre. Des constructeurs français de matériels de textile sont venus présenter leurs technologies.
    Pour les organisateurs, l'Association Marocaine des l'Industries du Textile et de l'Habillement (AMITH) et l'Union des Constructeurs de Matériel Textile de France (UCMTF), l'événement tombe à point. L'ouverture du marché et la concurrence qu'elle engendre imposent à l'industrie textile de se mettre au diapason des standards internationaux. Les chocs auxquels cette activité a été confrontés depuis quelques années la poussent à revoir ses calculs.

    M. Hasnaoui Amri, président de la Commission formation et assistance technique de l'Amith, ne le cache point: "Nous avons beaucoup de problèmes" déclare-t-il. En fait, ces problèmes se résument dans le déphasage qui caractérise une grande partie des entreprises. D'une part, il y a celles organisées, généralement adossées à des groupes internationaux. De l'autre, le secteur regorge de firmes dont le processus de production, voire de gestion, sont entachés d'archaïsme. Il est vrai que la solution passe d'abord par l'acquisition de biens d'équipement performants. Mais il est surtout primordial de développer un partenariat en recherche et développement, M. Hasnaoui n'a pas manqué d'ailleurs de le souligner lors de son intervention à l'ouverture du colloque. Il a insisté sur le souhait (nécessité en fait) de transférer la production des intrants au Maroc. Pour cause, le côté marocain craint les dragons d'Asie.
    Par ailleurs, la concurrence sur le marché européen, principale destination des exportations marocaines, a piqué au vif les industriels locaux. Ils développent, en effet, la conviction de se doter des moyens adéquats pour livrer bataille. "Seule la technologie de pointe permettra au textile marocain de se faire des parts de marché", martèle Mme Evelyne Cholet, secrétaire général de l'UCMTF.
    Les participants au colloque sont: Ahlstrom Sibile Tubes, Aliance Machines Textiles, Asselin, Ateliers de Belmont, Boeglin, Burcklé, Comeurreg, ICBT, Laroche, LTG Air Engineering, Platt Frères, Rousselet Centrifugation, N. Schlumberger & Cie, Staubli Faverges, Staubli Lyon, Superba, Thibeau.

    Khalid TRITKI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc