×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Des élections anticipées en Israël

    Par L'Economiste | Edition N°:2890 Le 28/10/2008 | Partager

    . Kadima et Likoud côte à côteLE président israélien, Shimon Peres, a ouvert la voie à des élections anticipées en admettant hier l’échec des tractations pour la formation d’un gouvernement. «Après avoir consulté tous les représentants des partis, je ne vois pas de possibilités de former un gouvernement», a indiqué Peres dans une lettre à la présidence de la Knesset (Parlement). Selon la législation israélienne, à moins que les députés ne parviennent à s’entendre dans les trois prochaines semaines à compter du lundi 27 octobre sur une date du scrutin, le Parlement décidera de sa propre dissolution et les élections se tiendront 90 jours plus tard. Dimanche dernier, la chef du parti centriste Kadima au pouvoir, Tzipi Livni, a appelé à la tenue d’élections anticipées «le plus vite possible» après avoir échoué à former une coalition gouvernementale. Peres a déclaré qu’il inviterait «dans les trois jours» les chefs des différentes formations politiques pour les informer de la décision de Livni de renoncer à former un gouvernement. Elle a ainsi tiré la conclusion de plus d’un mois de tractations vaines avec plusieurs partis, notamment après la défection des ultra-orthodoxes du Shass (12 députés sur les 120 à la Knesset) et de la Liste unifiée de la Torah (six députés). Par ailleurs, selon des sondages d’intentions de vote publiés hier, le parti centriste Kadima au pouvoir, dirigé par Tzipi Livni, et le parti d’opposition de droite Likoud, dirigé par Benjamin Netanyahu, seraient côte à côte si des élections avaient lieu aujourd’hui. Le parti Kadima est crédité de 29 mandats (sur 120) et le Likoud de 26 mandats, alors que le parti travailliste, dirigé par le ministre de la défense, Ehud Barak, chute à 11 mandats contre 19 dans la présente législature. J. R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc