×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Des contrats et des couacs

    Par L'Economiste | Edition N°:3326 Le 23/07/2010 | Partager

    BIEN que l’on veuille éviter d’aborder les quelques «fausses notes» qui peuvent être relevées lors des salons, des évènements, cette fois-ci «farfelus», sont survenu lors de la première participation du Maroc au Farnborough International Airshow. Premier couac: lors de l’ouverture du salon (lundi 19 juillet), les inscriptions et l’attribution des accréditations se sont déroulées dans un climat de mal organisation. En effet, la délégation des journalistes marocains a pris un bon coup de soleil. Elle a dû faire une queue interminable pour obtenir les accréditations. L’attente a duré toute une matinée. Pire encore! Au moment où Ahmed Réda Chami, ministre du Commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies exposait les opportunités d’investissement au Maroc et ses atouts dans le secteur de l’aéronautique dans une conférence de presse (mardi 20 juillet), un important contrat portant sur la maintenance des moteurs de 36 Boeing (737NG) de Royal Air Maroc se concrétisait entre la compagnie marocaine et la société française Snecma, filiale du groupe Safran spécialisé dans la fabrication de moteurs pour l’industrie aéronautique et astronautique. Ce contrat qui s’étale sur une durée de 8 ans, devra permettre à RAM d’atteindre ses ambitions en matière de fiabilité des moteurs. Les moteurs seront, donc, entretenus par la joint-venture commune entre Snecma et RAM, Snecma Morocco Engine Services (SMES), spécialisée dans la maintenance et la réparation des moteurs CFM56-3, CFM56-7B et CFM56-5B, dont l’usine est située à Casablanca. La conclusion de cet accord est aussi importante pour l’avenir du centre d’entretien des réacteurs de Casablanca, dans la mesure où le contrat devrait lui permettre l’augmentation de sa capacité.Ce qui est «farfelu», c’est qu’aucune information concernant cette signature n’a été communiquée aux journalistes accrédités ! Idem pour le contrat avec le constructeur aéronautique américain Pratt & Whitney, filiale de la société américaine «United Technologies». Un contrat également important qui concerne, en effet, la fourniture de réacteurs de type PW-100-229 EEP (Engine Enhancement Package) destinés à la nouvelle flotte F-16 des Forces royales air pour un montant d’investissement de 145 millions de dollars. La livraison de ces produits est prévue entre 2010 et 2011. Le Maroc avait, en effet, commandé 24 avions de pointe F-16 et 24 avions T-6. Par ce contrat, les Forces royales air deviennent le 22e client international à sélectionner ce type de réacteurs. Ils devraient permettre au Maroc un faible coût de possession et une plus grande sécurité. Intégrant les dernières technologies, ce système de propulsion offre une puissance très évoluée et une économie en énergie pour les avions de chasse F-16. À ce jour, le F100-PW-229 compte plus de 2,5 millions d’heures de vol durant plus de 18 années de service opérationnel. Aussi, il requiert une inspection en usine tous les 10 ans, au lieu de 7, et permet des réductions de coûts de 30% durant sa durée de vie utile.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc