×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Des banques envisagent de créer leur fonds de sauvetage

    Par L'Economiste | Edition N°:3318 Le 13/07/2010 | Partager

    . Contributions à hauteur de 20 milliards d’euros. Afin d’éviter à l’avenir les aides gouvernementalesPlusieurs banques européennes discutent actuellement de la création d’un fonds de 20 milliards d’euros qui pourrait les aider dans l’hypothèse d’une nouvelle crise financière, a écrit hier lundi dans le Financial Times le directeur général de la banque italienne UniCredit.Ce fonds permettrait aux banques d’éviter à l’avenir les aides gouvernementales, souligne Alessandro Profumo dans une tribune. Il permettrait aussi d’éviter une taxe générale sur les banques, souhaitée ou mise en place par la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne. «Avec des contributions volontaires des grandes banques internationales européennes, disons les 20 plus grandes, un fonds de sauvetage européen pourrait accumuler un capital risque d’un montant important en quelques années», explique-t-il.Selon lui, «l’option qu’auraient les autorités de recourir à ce fonds pour stabiliser une ou plusieurs banques en mauvais état serait en mesure de montrer au marché qu’une crise peut être endiguée à un stade précoce», explique-t-il, insistant sur le fait que ce fonds «n’aurait pas besoin d’une contribution des Etats membres ou des autorités européennes». Le patron d’UniCredit observe qu’a contrario, «l’instauration d’une taxe pour le remboursement de l’argent public dépensé à sauver les banques ne serait pas juste pour celles qui n’en ont pas reçu». Il ajoute qu’un danger de cette taxe serait que les banques jugent à l’avenir «justifié de recevoir de l’argent public, et que les autorités jugent justifié d’intervenir».«De surcroît insiste-t-il, une telle taxe signifierait un montant énorme de ressources, quelque 2 à 4% du produit intérieur brut, selon le FMI, ce qui affecterait inévitablement la reprise et la croissance». Profumo va essayer de rallier à sa proposition les grandes banques européennes dans les semaines à venir.M. Az

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc