×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Démantèlement tarifaire accéléré
Le torchon brûle entre papetiers

Par L'Economiste | Edition N°:2379 Le 10/10/2006 | Partager

. Menace de scission au sein de la FédérationLa baisse programmée des droits de douane sur le papier et carton, début d’une série d’allègements concernant un large éventail de produits, divise fortement les papetiers. Trois associations, en l’occurrence l’Association des maîtres imprimeurs, l’Association des transformateurs, importateurs et distributeurs de papier et carton et l’Association des fabricants de cahiers scolaires, dénoncent «l’offensive» des fabricants de papier, visant à remettre en question ces mesures (cf.www.leconomiste.com).»Cette prise de position risque de remettre en cause deux années de concertations et de négociations avec le gouvernement», a déclaré à L’Economiste, Ali M’chich Alami, président de l’association des transformateurs, importateurs et distributeurs de papier carton. Les trois associations assurent Salaheddine Mezouar, ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie, de leur soutien total et se disent «choquées» que la Fédération des industries forestières, de l’emballage et des arts graphiques (FIFAGE), dont elles-mêmes font partie, prenne une telle position, sans qu’elles en soient avisées. Pour Youssef Ajana, président de l’Association des maîtres imprimeurs, il ne s’agit ni plus ni moins d’un «hold-up de la fédération». Les professionnels n’excluent d’ailleurs pas la possibilité d’une scission au sein de la Fifage accusée de faire «cavalier seul». «Ils sont six entreprises (Ndlr: les fabricants de papiers) et nous sommes plus de 600, nous pouvons très bien nous retirer et former notre fédération par ailleurs», ajoute Ajana.La situation actuelle, d’après les trois associations, sèmerait la «zizanie au sein du marché». « Les achats sont freinés, les investissements arrêtés et tout retard dans l’exécution de la mesure représente pour nous un sérieux manque à gagner», déclare de son côté Nabil Tber, président de l’Association des producteurs de cahiers scolaires. Le secteur de transformation, de distribution et d’impression représente quelque 13.200 emplois directs et plusieurs dizaines de milliers d’emplois indirects, selon les professionnels. Ceux-ci ont affiché un chiffre d’affaires de 3,6 milliards de DH pour l’exercice 2005.Des rumeurs sur une éventuelle suspension du processus de démantèlement par le Premier ministre, ont circulé. Selon Aziz Qadiri, président de la Fifage, «il n’est pas question de retour en arrière, mais la proposition du ministre sera sûrement revue». Pour des responsables du département de Mezouar, rien n’est encore joué. «Le décret qui sera appliqué sera celui que signera le Premier ministre !». Par ailleurs, ils assurent que cette démarche a été menée en concertation avec toutes les parties concernées. «Tout le monde a été consulté, notre souci c’est l’appropriation du projet par toutes les sensibilités, c’est le jeu de la démocratie».


Les taux de la discorde

Les producteurs de papier considèrent l’accélération du démantèlement tarifaire comme une «catastrophe», alors que pour les autres membres de la corporation (imprimeurs, transformateurs de papier et fabricants de cahiers scolaires…) c’est une aubaine. C’est une mesure à même de booster le secteur alors que le ministère en fait le fer de lance pour sa politique de lutte contre la contrebande. Pour rappel, le décret de la discorde porte sur une réforme tarifaire qui ferait passer le taux pour le droit commun de 50 à 25% pour le papier et de 32,5 à 10% pour la pâte (cf.www.leconomiste.com). De ce fait, les taux pour le papier, selon l’ALE avec l’UE, vont chuter de 30 à 12,5% en 2007. Amine Boushaba

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc