×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Délocalisations: L'Inde, leader incontesté

    Par L'Economiste | Edition N°:1729 Le 19/03/2004 | Partager

    . La Chine et la Russie, des concurrents sérieuxQuelque 25% des emplois des secteurs technologiques des pays développés seront délocalisés dans les marchés émergents d'ici à 2010, l'Inde restant incontestablement le pays le plus attractif, selon le cabinet d'études américain Gartner. Gartner prédit que “jusqu'à 25% des métiers traditionnels des technologies de l'information dans de nombreux pays développés aujourd'hui seront situés sur les marchés émergents d'ici à 2010”, selon un communiqué. L'étude présentée cette semaine à Barcelone en Espagne concerne en particulier le secteur européen des services en technologies de l'information, secoué en 2003 par “un nombre record de mégacontrats de délocalisations”. “D'ici à 2005, quelque 30% des principales entreprises européennes (du secteur) exploiteront des sites à l'étranger”, poursuit Gartner, en soulignant qu'un plus grand éloignement, vers l'Asie par exemple, représente “la meilleure opportunité de croissance”. “L'Inde reste le leader incontesté des délocalisations lointaines (offshore), la Chine et la Russie continuant d'être des concurrents sérieux”. Les dix pays qui rejoindront l'Union européenne le 1er mai ne seront pas aussi attractifs que la Chine et la Russie, mais “auront un rôle à jouer”, ajoute le cabinet d'études. La Hongrie, la République tchèque et la Pologne par exemple devraient retenir de plus en plus l'attention d'entreprises allemandes. En 2003, le Royaume-Uni a été à l'origine de cinq des 15 contrats de délocalisations d'une valeur d'au moins 1 milliard de dollars. Il y en a eu 10 au total de cette ampleur en Europe sur un an, contre 14 entre 1989 et 2002. “La France a signé trois mégacontrats, ce qui indique qu'elle a commencé à vaincre sa résistance culturelle à la délocalisation”, a souligné Gartner. “Les avantages potentiels en termes de coûts sont si convaincants que les entreprises qui ne l'envisagent pas risquent sérieusement de faire du tort à leurs actionnaires”. En 2004, les entreprises européennes de services informatiques devraient dépenser autant que l'an dernier pour délocaliser, au moins en partie, leurs activités. Les Britanniques resteront les plus dépensiers, avec 35% de la valeur globale des contrats décernés par les Européens, prédit Gartner. Concernant les pays émergents susceptibles d'accueillir de l'activité, les choix pourraient être fonction de certaines spécialisations. “L'Irlande et Israël par exemple sont devenus des localisations-clés pour les applications informatiques prêtes à l'emploi et les services de traduction et d'adaptation, tandis que la Russie s'est bâtie une réputation pour le génie logiciels haut de gamme”, a conclu Gartner.


    Le pétrole flambe

    La poussée de fièvre des cours du pétrole aux Etats-Unis inquiète sérieusement nombre d'industriels américains, à commencer par les compagnies aériennes, mais aussi les millions d'automobilistes qui voient leur porte-monnaie siphonné par un plein d'essence de plus en plus cher.Premier groupe aérien des Etats-Unis, American Airlines reconnaît ainsi que “les prix du kérosène sont plus élevés que prévu”, selon une note aux investisseurs.(AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc