×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Delattre Levivier Maroc investit l’éolien

    Par L'Economiste | Edition N°:2703 Le 30/01/2008 | Partager

    . Le but est d’accompagner la stratégie nationale pour l’énergie. Export: visées sur les marchés algérien et américainDelattre Levivier Maroc dévoile ses projets et rompt avec son mutisme. C’était l’objectif de la rencontre avec les journalistes le 29 janvier dans ses locaux. Le but est de sortir de l’ombre et d’afficher ses ambitions surtout avec l’essor que connaît le secteur énergétique.DLM a réalisé en 2007 un chiffre d’affaires de 460 millions de DH. Ses trois axes de développement reposent en grande majorité sur le pétrole offshore, l’export et l’éolien. Le pétrole et le gaz représentent 15% de son activité, les mines et chimie 25% et le ciment 18%. D’ailleurs, le top management se vante d’avoir participé à la construction de la totalité des cimenteries du Royaume.Parmi les grands clients de DLM figurent l’OCP et la Samir. En plus du niveau du prix et de la qualité, la sécurité est primordiale pour convaincre les clients. Rappelons que la société a été certifiée ASME pour ses appareils sous pression (www.leconomiste.com). «C’est très important surtout pour l’export», souligne Jean-Claude Bouveur, PDG de DLM.Pour le volet export, l’entreprise est en phase de développer son portefeuille clients. Elle est déjà bien positionnée sur les marchés de l’Afrique de l’Ouest, d’Europe et du Moyen-Orient. Ainsi, des commandes ont été réalisées pour le Sénégal, la Nouvelle-Calédonie, la Tunisie et la France entre autres. «En ce moment, nous avons une équipe de 35 personnes travaillant sur un chantier au Pakistan», confie Eric Cecconello, administrateur et DG. La pionnière de l’industrie lourde ne manque pas de projets. Il s’agit notamment de travaux pour une cimenterie à Agadir. De plus, la société compte renforcer sa présence à l’étranger en s’attaquant notamment au marché algérien. «Malgré leurs énormes ressources en gaz et pétrole, les Algériens ne disposent pas de chaudronneries lourdes», explique Abdelilah Kouider, directeur des ventes. Ce dernier part en effet prospecter le marché voisin et y entreprendre des actions commerciales.Des projets outre-mer ne sont pas non plus à exclure. Ils concernent l’éolien américain. «Nous sommes en cours d’élaboration d’une gamme avec un partenaire pour exporter vers les Etats-Unis et profiter de l’ALE», confie Cecconello.DLM intègre l’éolien parmi les nouveaux marchés à forte valeur ajoutée. Avec ses projets, elle tente d’accompagner la stratégie nationale visant à atteindre une capacité de production de 1.000 MW en 2012. Il faut savoir que l’énergie éolienne ne représentait que 0,9% de la production mondiale en électricité en 2006. Ce genre d’énergie jouit cependant de certains atouts, notamment la flambée du prix du pétrole et la taxe carbone de plus en plus chère.Depuis un an déjà, la société a lancé la construction de sa nouvelle unité des éoliennes à Tit Mellil. L’investissement de près de 122 millions de DH permettra, d’ici 3 ans, de créer 410 emplois et une capacité de 300 tours par an.Sara BADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc