×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Déficits publics dans l'Union Européenne : Seuls deux pays répondent aux critères de Maastricht

    Par L'Economiste | Edition N°:147 Le 29/09/1994 | Partager

    Le Luxembourg et l'Irlande sont les seuls pays de l'Union Européenne qui respectent les critères de Maastricht en matière de déficit public. Ceux-ci fixent à 3% du PIB le plafond autorisé pour le déficit public et à 60% du PIB le plafond de la dette publique. Pour les autres pays membres, il a été constaté l'existence de "déficits publics excessifs". Selon la presse française, il faudra attendre la prochaine réunion des ministres des Finances, prévue pour le 10 octobre à Luxembourg, pour connaître les mesures à mettre en oeuvre pour assainir les budgets. Conformément à l'article 104 du traité de Maastricht, le Conseil doit d'abord décider à la majorité qualifiée s'il y a ou pas déficit excessif. Charge ensuite à l'exécutif communautaire d'édicter des recommandations. L'avis de la commission européenne indique que le déficit public français a nettement augmenté au cours des trois dernières années. Celui-ci est passé de 2,1% du PIB en 1991 à 5,7% en 1993 et l'objectif pour cette année est fixé à 5,1%. "Le ratio de la dette brute devrait commencer à diminuer en 1996 ou 1997", note ce même avis. Et de conclure "la détérioration du déficit public français a des causes conjoncturelles et structurelles. On ne prévoit pour 1994 qu'un modeste déclin mais des mesures ont été adoptées en vue de permettre une diminution progressive au cours des prochaines années". Cette présentation a été quelque peu contestée par M. Edmond Alphandéry, le ministre de l'Economie, qui a tenu à préciser que la situation financière actuelle de la France n'était que provisoire.




    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc